3 - Rome : la Fondation
de Ascagne aux Gents Romaines

Les Rois de la Dinastie d' Ascagne


Lignée d'Ascagne:

1.Ascanius ou Iule, fils d'Énée, roi de Lavinium en -1155, puis roi d'Albe la Longue de -1155 à -1143 ;
2.Silvius , fils de Ascagne  roi de -1143 à -1114. Il donne son nom à la dynastie des Silvius/ Silvia ;
3.Aeneas Silvius), fils de Silvius, roi de -1114 à -1078 ;
4.Latinus Silvius ou Latrius), fils de Aeneas, roi de -1078 à -1039 ;
5.Albanus, fils de Latinus, roi de -1039 à -1002 ;
6.Atys , fils de Albanus, roi de -1002 à ? (fin règne inconnue) ;
7.Capys, fils de Atys,  (début règne inconnue) jusqu' à  -976
8.Calpétus (ou Capétus), fils de Capys, roi de -976 à -905 ;
9.Tiberinus Silvius, fils de Calpetus, roi de -905 à -885 ;
10.Agrippa, fils de Tiberinus, roi de -885 à -864,
11.Alladès ou Romulus Silvius, fils de Agrippa, roi de -864 de -845 (meurt foudroyé) ;
12.Aventinus, roi de -845 à -808; élu par les nobles.
 
Procas Silvius fils du Roi Aventinus, est le treizième des Rois de la descendance d' Ascagne. Il régna sur la cité de Alba la Longue entre -808 à -794. Il eut deux fils Numitor et Amulius.
Pour assurer  la régence sur la ville d'Ascagne après sa mort, il décida de laisser le trône à Numitor car il était estimé homme bon et juste, et laissa à son deuxième fils Amulius l'argent et la richesse accumulée.


Romulus et remus

Estimant d'avoir effectué un partage juste pour la ville, il mourut tranquille. Malgré ce partage juste et équitable, Amulius reconnu pour être capricieux et violent, deviens de plus en plus puissant, il revendiqua donc le trône après la mort de son père, en déclarant au peuple que celui-ci lui avait été désigné, pour preuve les richesses reçues. Il chassa donc son frère Numitor et prit sa place. Afin de s’assurer de pouvoir régner tranquillement et sans entraves,  surtout qu'aucun des descendants de son frère ne puisse réclamer son dû, il commença par tuer cruellement son neveu Lausus, afin de l'empêcher de devenir roi et fit de sa nièce, Rhéa Silvia, une prêtresse de Vesta, la condamnant ainsi à rester vierge toute sa vie, afin de l'empêcher d’avoir des héritiers. Mais celle-ci connut le dieu de la guerre Mars, et elle reçois une nuit sa visite;  suite à cette rencontre,  naquirent deux enfants jumeaux aux quels on leurs donna le nom de Romulus et Remus. La notice arrivée a Amulius, qui le mettra  très en colère, il  ordonna donc que les deux enfants soient tués et que l'on jeta les dépouilles aux eaux du Tibre. L'ordre ne sera pas exécuté, bien au contraire, les deux jumeaux seront mis dans un panier, laissés dans le Tibre et a leurs sort.  Les jumeaux, cependant, auraient survécu grâce à l'intervention d'une Louve, qui, entendant les vagins des bébés, les aurait soignés. Romulus et Remus seraient par la suite récupérés par un berger de la région, Faustolus, qui les aurait élevés avec sa femme Acca Larentia. Romulus et Remus après avoir atteint l'âge adulte et découvrir leur véritable identité aurait aidé l'ancien roi Numitor à revenir sur le trône en tuant son frère Amelius. 


Prophetie des oiseaux

Après avoir rétabli le bon ordre des choses, les jumeaux auraient manifesté le désir à Numitor de fonder une nouvelle ville dans les lieux où ils avaient passé leur enfance.
Pour déterminer qui d'entre eux  aurait eu en charge la nouvelle cité, les deux se seraient confiés à la volonté divine, manifestée par le vol des oiseaux, selon l'ancienne pratique des "auspices". Dans la plaine de l'Aventin, Remus gardant vers Nord, vit d'abord six vautours, tandis que Romulus, placé sur le Palatin et gardant vers le sud, en aurait vu douze. En effet  avec une  breve distance, ils etait placées face a face. À ce stade, il y aurait une dispute féroce entre les deux frères sur l'interprétation correcte à donner aux signes divins: selon Remus, la prévalence aurait dû être le "moment" de la surveillance, selon Romulus, au contraire, plus de valeur fut  attribuée au nombre d'oiseaux reconnus,a son dire etat la regle, mais dans l'immédiat sera  Romulus à gagner cet espoir. Bienheureux roi de tous les présents, Romulus officia alors les rites nécessaires pour "formaliser" la fondation de la nouvelle ville en prenant de nouvelles aspirations; pour créer la nouvelle cité, Romulus prit une charrue et un bœuf et il trace les limites sacrées de la nouvelle ville sur la Colline du Palatin, il aurait labouré la charrue là où il y avait des portes, il en comptait trois, de ce fais l' appellatif de Romae Quadrata, car il afait tracé  des confins un forme parfaitement carrés. Il declara donc  que il y avait la, par volonté des Dieux tous, les limiotes de la nouvelle vitte, qui aurait franchi cette limite aurais   depassé des limites sacrées et si cela sans permission, il aurait merité la mort par le divin.  Une dispute  surgit immédiatement après, à l'avoir causé la jalousie du frère Remus, qui ne se résilie  pas a accepter  la décision de son Frère Romulus, et les prophéties concernant les oiseaux. Au nom de cela, passe alors la limite du périmètre tracé par Romulus avec l'intention de revendiquer son du.  Une controverse surgit entre les deux frères qui vont dégénérer en un affrontement armés aux couteaux. Remus trouva la mort dans ce conflit. Suite à ce fait Romulus considéra comme un signe clair, il décida donc de fortifier immédiatement le périmètre autour de la Colline Palatine avec un mur défensif, et ainsi organiser la communauté des bergers dans un corps civique plus évolué. Romulus fera enterrer son frere Remus sur  la colline de l'Aventin, et en sa memoire; il instaure une céréminie religieuse que diendras la fete des Lemuries qui faut instituée par Romulus pour apaiser les manes de son frere Remus.  
Ceci est, selon Tite Live et bien d'autres historiens antiques, en large mesure le récit fourni  sur les processus qui ont conduit à la fondation de Rome.


Accroissement et Rapt des Sabines

Romulus n'avait autour de lui que les pâtres, les pères fondateurs de la cité, des berges et des  hommes,  peu nombreux, qui avait été ses compagnons d'enfance. Pour peupler la cité nouvelle, il ouvrit, près du Palatin, sur la montagne qui porta plus tard le nom de Capitole, un asile, où accoururent bientôt de nombreux aventuriers, esclaves fugitifs, débiteurs insolvables, criminels même obligés de fuir leur cité; à tous ceux qui accouraient il avait promis une terre et la paix, et toute faute effacée par le simple vouloir de la cité de Rome. Une seule condition, tout activité devait être avoué à la cité et toute activité illicite  pour la ville, était condamnée par la mort immédiate. La cité s'en grandi certes mais de seul et unique présence d'hommes, et cela causait un problème aux yeux de Romulus car il fallait tout même assurer la descendance de la cité; le manque de femmes allait limiter à une seule génération la durée de la puissance romaine. Une telle population devait trouver difficilement des épouses dans les cités voisines, et lorsque Romulus s'efforça d'unir son peuple par des mariages aux autres peuples de la contrée, il ne recueillit que des refus, parfois outrageants. Il dissimula sa colère, pour mieux préparer sa vengeance. Peu de temps après, il fit annoncer dans toutes les villes d'alentour que des jeux solennels allaient être célébrés à Rome, en l'honneur du dieu Consus. Cette annonce attira une grande foule : des gens de Caenina, d'Antemnae, de Crustuminum, surtout des Sabins accoururent avec leurs femmes et leurs filles. Pendant la fête, sur un signal de Romulus, les Romains enlevèrent de vive force les jeunes Sabines; puis ils les épousèrent. Ce rapt violent fit éclater la guerre entre les deux peuples. Les premières attaques dirigées contre Rome furent repoussées; mais bientôt les Sabins, commandés par le roi de Cures, Titus Tatius, s'emparèrent, grâce à la trahison de Tarpeia, de la citadelle construite sur le Capitole. Un combat acharné s'engagea dans la vallée, alors marécageuse, qui s'étendait entre le Capitole et le Palatin : les Romains cédaient, lorsque Romulus invoqua Jupiter, qui arrêta leur fuite. La bataille resta indécise, jusqu'au moment où les Sabines se précipitèrent entre les combattants, pour supplier, d'une part leurs frères et leurs pères, d'autre part leurs époux, de mettre fin à cette lutte si pénible pour elles. Romains et Sabins s'unirent alors et ne formèrent plus qu'une seule cité. Le roi sabin Titus Tatius partagea la royauté avec Romulus. 


Organisation de Rome

Toutefois la belle entente de la royauté double ne dure guère. Titus Tatius est assassiné par des Lavinates, peu importe pour nous dans quelles circonstances et cette fois, Romulus n'y était pour rien. Quoi qu'il en soit, il n'est pas triste d'être à nouveau le seul roi de Rome. Il poursuivra notamment des opérations militaires contre les Véiens et les Fidénates. Selon certaines versions, il deviendra en vieillissant de plus en plus autoritaire, pour ne pas dire tyrannique. Finalement, au terme d'une existence bien remplie, il disparaîtra mystérieusement un jour de violent orage en passant ses troupes en revue au Champ de Mars. A son apothéose, son peuple le croira monté au ciel, et le considérera comme un dieu. Un tombeau a la mémoire sera construit dur le Col du Mont Aventin juste en face du palatin, ou avec une cérémonie  solennelle fut adoré comme un dieu sous le nom de Quirinus. Romulus est considéré comme le fondateur du Sénat. C'est l'auteur latin Tite-Live qui lui attribue cette création. Le sénat comporte donc cent membres : les Patres. Tite-Live précise également que l'appellation Patres souligne la dignité des hommes choisis. Les descendants des Patres sont les Patriciens, les Riches et Nobles fondateurs de Rome. Romulus aurait aussi divisé la société romaine en trois tribus : les Ramnes, les Tities et les Luceres. Les Ramnes tiennent leur nom de Romulus. Le nom des Tities est dérivé de Tatius, le nom du roi sabin. Les Luceres ont un nom dérivé du nom étrusque Lucumon. Lucumon était un allié de Romulus.  


Les gents de Rome

La tradition allégorise les trois composantes de la population romaine primitive : les Ramnes évoquent les Latins, qui sont les descendants des Albains, les Tities font référence aux Sabins et les Luceres sont les Etrusques. C'est encore à Romulus que la légende attribuait le partage du territoire de Rome entre ses premiers habitants, la division du peuple romain en trois tribus comme deja vu, et en trente Curies; la création du Sénat ou Conseil des Pères de Rome; l'institution de l'assemblée Curiate, ou réunion du peuple romain, regroupé dans les trente curies; enfin l'organisation de la clientèle, et celle de la légion. Romulus passait aussi pour avoir le premier consacré des dépouilles opimes à Jupiter Férétrien, dont le temple était considéré comme le plus ancien de tous ceux qui furent construits dans Rome, et pour avoir élevé le temple de Jupiter Stator, en souvenir de l'invocation qu'il avait adressée à Jupiter pendant la bataille entre les Romains et les Sabins. Ce fut lui, également, d'après Cicéron, qui institua à Rome les auspices, dont le rôle fut toujours si considérable dans le gouvernement de l'Etat. Enfin, Romulus dirigea plusieurs expéditions victorieuses contre les villes voisines qui s'étaient déclarées les ennemies de Rome, en particulier contre Fidènes et Véies. Sa mort fut mystérieuse. Tite-Live signale que des rumeurs évoquèrent un assassinat de Romulus perpétré par les patriciens serait chose possible. Dès lors, Romulus fut adoré comme un dieu sous le nom de Quirinus. Voilà l'essentiel de la tradition livienne sur le règne de Romulus. 

Par la suite, en suivant la regle  dicté par Romulus lui-même, il y auras dans la suite six autres rois, trois rois indigènes, latino-sabins (Numa Pompilius, Tullus Hostilius, Ancus Marcius) et trois rois étrusques (Tarquin l'Ancien, Servius Tullius, Tarquin le Superbe, dont le fils violera sa femme Lucrece, ce qui entraînera l'expulsion des rois et plus tard le début de la République).



Page 3 sur 6