Fresque Tableau 3
RITUEL DE PURIFICATION

image 4jk

Si tous s'accordent à reconnaître ici un rituel de purification, l'interprétation qu'ils en donnent est très différente. Pour Paul Veyne, ces trois femmes s'occupent à préparer l'eau du "bain nuptial". La jeune mariée prenaient deux bains : l'un, prénuptial, chez sa mère ; l'autre, post nuptial, chez son nouvel époux. Or, comme le confirme l'iconographie grecque, on plongeait des tiges de myrte dans les récipients (lébétès gamikoi) destinés à la toilette des époux. Le myrte, qui désigne le clitoris en grec familier, symbolise puissamment la sexualité mais sa présence dans le rituel de purification postnuptiale avait peut-être aussi une fonction contraceptive. La taille de la cuvette dans laquelle on verse l'eau parfumée de myrte montre d'ailleurs que ce bain consistait sans doute en une toilette intime et non en une véritable immersion.

image 4sz

L'eau du bain postnuptial était transportée de la maison maternelle à celle du mari. La matrone que nous voyons de dos, assise sur un tabouret, serait donc la mère de la mariée. Elle serait en train de parfumer l'eau du bain nuptial : elle prendrait des brins de myrte dans la corbeille que lui tend une jeune esclave pour les plonger dans la cuvette où une autre servante verse l'eau destinée au bain. On devine en effet un autre rameau, tout pareil à celui que tient la mère de la mariée, dans la corbeille d'osier. La jeune esclave rentrerait donc du jardin, elle y aurait cueilli le myrte et en aurait préservé la fraîcheur en le couvrant d'un linge.

image 4l

Comme les poètes, qui avaient coutume d'évoquer les plaisirs de la nuit à travers l'image de ce bain rituel, le peintre de La Villa des Mystères se contenterait donc, selon Paul Veyne, d'une allusion symbolique à la sexualité. "Faire sa toilette" renvoyait en effet aux plaisirs de la nuit. Le Prométhée enchaîné d'Eschyle évoque déjà "le chant d'hyménée entonné autour du bain [...] des noces " que l'on retrouve chez Ovide ou, plus trivialement, chez Plaute : "la veux-tu vierge ou qui se soit déjà lavée ? " demande l'entremetteur qui propose une fille à un militaire dans le "Miles gloriosus".
On est ici à mille lieux de la signification mystique que d'autres auteurs accordent à ce rituel de purification...

image 4j

Pour Gilles Sauron, la scène réunit en réalité une prêtresse et trois acolytes : la première tourne la tête à droite et tient de la main gauche un plateau d'offrandes tandis que sa main droite porte un rameau ; elle tourne le dos au premier tableau de la paroi et son pied droit se superpose au pied droit de la pédagogue de la scène précédente, selon un procédé courant dans les frises en "narration continue". Une prêtresse couronnée d'olivier est assise sur un siège recouvert d'un voile safran bordé de pourpre. Elle tient un rameau au-dessus d'un bassin posé sur une table tandis qu'une assistante debout, couronnée de laurier, verse de l'eau sur le rameau pour le purifier. Une deuxième assistante, tête nue, tient une corbeille circulaire et voilée, la "ciste mystique". La prêtresse soulève le voile de la ciste, comme si elle voulait y placer le rameau d'olivier qu'elle vient de purifier.

image 4m

Cette scène décrit littéralement, selon Gille Sauron, le rite de l'initiation des garçons aux mystères de Dionysos, la seule initiation où une prêtresse jouait le premier rôle. Après que l'on eut déversé sur le dos de l'initié les objets sacrés contenus dans le van mystique, l'officiante les rassemblait à nouveau pour les enfermer dans la ciste. C'est précisément ce que fait ici la Domina. Elle couvre de rameaux d'olivier le fond de la ciste mystique avant d'y rassembler les objets sacrés dont la vision était interdite aux profanes. Quelle est donc la signification de ce rite ? Selon Gilles Sauron, la dispersion des objets sacrés sur le dos de l'initié et leur réunion symbolise la passion de Dionysos et les prémices de sa résurrection. Comme on le sait en effet, Dionysos enfant avait été démembré par les Titans : "il était encore enfant et les Courètes l'entouraient en une danse armée, écritClément d'Alexandrie, quand les Titans s'insinuèrent là par ruse, et, l'ayant trompé à l'aide de jouets enfantins, le dépecèrent, tout bambin qu'il était encore..." Ces jouets d'enfant, "un osselet, une balle, une toupie, des pommes, une roue, un miroir, un flocon de laine", le jeune Dionysos les aurait trouvés dans une ciste où les Titans les avaient enfermés pour piquer sa curiosité.

Devenus les symboles de l'initiation dionysiaque, ils constituaient sans doute le contenu du van mystique et on peut interpréter leur dispersion sur le dos du jeune initié comme une évocation symbolique du démembrement de Dionysos par les Titans. Les jouets placés dans la ciste mystique commémoraient ceux grâce auxquels les Titans avaient attiré Dionysos pour le démembrer. Si l'on ne voit ici qu'un rameau d'olivier dans la corbeille et non pas les objets symboliques du démembrement de Dionysos, c'est qu'ils sont interdits au regard profane.

image 4s

Mais le mythe ne s'arrête pas là et l'on peut interpréter la réunion de ces objets comme figurant la quête des membres épars du Dieu par Apollon : "Là-dessus, Athéna, pour avoir dérobé le cœur de Dionysos, fut surnommée Pallas à cause des battements de ce cœur ; les Titans, qui l'avaient dépecé, plaçant une marmite sur un trépied, y jetèrent ses membres ; après les avoir bien fait bouillir, il les transpercèrent avec de petites broches et les tinrent au-dessus d'Héphaïstos. Mais peu après Zeus apparut (...) ; il frappa les Titans de son foudre et confia les membres de Dionysos à son fils Apollon pour les ensevelir. Celui-ci, se gardant bien de désobéir à Zeus, les porta sur le Parnasse, où il enterra ce cadavre déchiqueté." (Protreptique, II, 17, 2 et 18, 1-2).

La scène de la Villa des Mystères évoquerait donc le dernier acte du mythe : le rameau d'olivier qui couronne la prêtresse, différent de celui des deux assistantes, couronnées de laurier, en fait le symbole de la déesse Athéna. En rappelant Apollon qui réunit les restes du Dieu (par le laurier) et Athéna qui assure sa renaissance en sauvant son cœur (par l'olivier), le rite funéraire représenté ici célébrerait la renaissance du héros et son apothéose. Les gâteaux portés en offrande, le rouleau de papyrus fixé dans le manteau de la servante tel un livre de survie de l'âme du défunt confirmeraient cette hypothèse. Cette cérémonie, qui devait se dérouler au cours de la célébration des Mystères dionysiaques, pourrait donc avoir un rapport avec les rites funéraires pratiqués en faveur des initiés eux-mêmes : le rite garantissait l'apothéose du défunt en l'assimilant symboliquement au dieu dont il célébrait la passion et la résurrection. La scène centrale de la frise, représentant selon Gilles Sauron l'apothéose de Dionysos sur l'Olympe, était un gage de félicité posthume.

Page 4 sur 12