Regio 9       
Insulaes Urbalanenses

Plan Regio 9 Pompei
Regio 9 Pompei

Les creusements  du quartier furent interrompus sur la fin de 1800, donc ici a été mise en lumière seulement la moitié de l'entière superficie ; seulement dans les années plus récents les creusements ont repris et ils se sont concentrés sur quelques demeures alors seulement partiellements déterminées, en creusant complètement la Maison di Julius Polybius (IX, 13) et le secteur sud-est de l'insula où est située la Maison des Chastes Amants (IX, 12). Le quartier occupe la partie centrale de la ville et est délimité aux extrémités nord et sud par les decumanus correspondants avec de Rue de  Nola et la Rue de l'Abondance ;

la zone centrale est traversée d'une troisième rue qui va de Est-Ouest, seule partiellement creusée, dans laquelle il est à reconnaitre la  "viu mefiu" ou "mefiru" mentionnée dans l'inscription osque lue sur la façade de la Maison du Moraliste . L'importance de cette route dans la topographie de la ville a été soulignée par  quelques enquêtes de fouille effectuée en correspondance du carrefour de la Rue de Stabie avec la Rue de L'Abondance; le  long les trottoirs de quelque domus avec façade en oeuvre carrée de travertin (Insula IX, 7). Ces maisons se lèvèrent sur une aire déjà fréquentée en epoque archaïque, mais selon des principes d' organisation des espaces, différent de celui de l'epoque Samnite, puisque la route à certaines endroits, c'est superposée à des structures plus anciennes.

Plan Regio 9 Pompei

Les fouilles sur un édifice situé au  croisement avec Rue  de Stabie, avancé d' un portique en brique avec de base  de blocs de lave (IX, 2, 1), en général considéré un compitum, a permis d' en identifier un  puits public. Inséré dans un petit édifice avec des murs à blocs, le puits avait l'embouchure carée (1.98 x 1.95 m) formée de trois filaires de blocs monolithiques en travertin ; la technique du bâtiment employée indique qu'il fut construit en plein epoque Samnite, presque certainement en occasion de l'ouverture du "viu mefiu", avec lequel eut entame l'urbanisation de cette aire de la ville.

dsdgs<dgsdnws

Dans le tarde epoque samnite, dans le quartier  se lèvèrent certaines parmi les plus grands domus de la ville (Maison des Diadumenes, Maison d'Obellius Firmus) en mesure de rivaliser, pour grandeur et importance décorative, avec les habitations aristocratiques construites dans ces années dans le secteur nord-occidental (Maison de Pansa, du Fauno, du Labyrinthe, des Chapiteaux Coloriés). Après le premier tremblement de terre du 62, l'entière insula située au  croisement de la Rue de Stabie et la Rue de Nola, fut démantelée pour faire place à la grande installation des Thermes Central, encor en construction à l'époque de l'éruption. Comme la confinante Regio III le quartier était habité par les  Urbulanenses.

dsdgs<dgsdnws

Les fouilles continuent à ce jour dans cette Regio, dans le sud qui donne sur la rue de l'Abondance; l'on travaille actuellement sur l' Insula 12 notamment sur la Maison des Castes Amants et la Maison des Peintures Inachevées. Les résultats de l'élimination stratigraphique de matière volcanique accumulée lors de l'éruption de 79, et de fouilles stratigraphiques de 79 et de fouilles stratigraphiques menées sous les niveaux d'époques Impériales ont été d'une grande importance pour la reconstruction de l'histoire de cette partie de la ville. Avant la construction des bâtiments actuellement visibles, l'on a prouvé que cette zone avait totalisé une occupation sporadique au cours de la période archaïque, et, comme dans d'autres parties de la ville, une réoccupation prévue dans la seconde moitié du 3ème siècle av. JC. Lo stato di distruzione degli edifici scavati, un panificio e una casa, ha mostrato come in essi fossero in corso lavori di risistema­zione idraulica e di decorazione. Tra le scoperte più significative si segnalano: la decorazione in 3° Stile di un triclinio aggregato al complesso del panificio, un grande oecus con decorazione inter­rotta al momento dell'eruzione, e infine, un triportico che inquadrava un viridarìum con fontana. L'étude archéologique de ce  bloc est toujours en cours.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

  LES THERMES CENTRALES  

image 4tN
Les thermes Stabiens et du Forum, étaient des constructions trop anciennes pour pouvoir satisfaire aux exigences de la population. Les thermes étaient devenus, à cette époque, un établissement de luxe, le lieu de rendez-vous le plus élégant et le plus fréquenté des grandes villes, mais aussi une exigence pour la "nobiles" patricienne romaine de la colonie pompéienne. On décida donc de construire, dans la partie la plus centrale de Pompéi, au grand carrefour formé par le croisement de la rue de Stabie et de la rue de Nolae, un édifice thermal, plus vaste et plus somptueux. Par les proportions de la palestre, les dimensions des salles, bien aérées et éclairées par de grandes fenêtres, par la présence d'un nouvel élément, le laconicum , un local surmonté d'une coupole et fortement réchauffé pour la sudatio, par le choix du matériel de construction composé d'excellentes terres-cuites, il devait s'apparenter aux thermes impériales de Rome par image et par élégance. 

Un chapitre complet sur ce complexe thermale , a été ajouté à la rubrique "Les Thermes de Pompei";  des pages completes et specigiques sur ces lieux.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DES DIADUMENES   
OU maison de Marcus Epidius Rufus
Fouilles: 1858 - 1859; 1866; 1995 - 1996

Plan Maison des Diadumenes Pompei

La Maison des Diadumenes se trouve du côté nord de la rue de l'Abondance , juste à l'est de sa jonction avec la rue de Stabiae ; la façade de l'édifice est en retrait un mètre de celle des maisons voisines permettant la construction d'une terrasse surélevée environ de 1,3 m au dessus du niveau de la rue avec un accès constitué de deux escaliers sur le coté gauche et droite du podium. Elle a été pour longtemps confondu avec  la maison voisine de sabinus, erreur provoqué du faite que les deux proprietaires avaient le meme nom mais pas le meme non de familles appartenants. Cette demeure a été fouillée entre 1858 et 1866. Elle possède un caractère et un schéma clairement Samnite. Dans un sens, elle ressemble aux plus anciennes maisons pompéiennes, tels que la maison du Chirurgien où, à la place du péristyle il y a un jardin remontant à partir d'une colonnade à l'arrière du Tablinium .
Dans la figure de ces deux Patronus, il est probablement reconnu Epidius Marcus Rufus, dont le nom apparaît dans le joint de bronze trouvé dans la maison et appartenait à un autre de son affranchi, nommé Italicus; avec son frère Marcus Epidius Sabinus, peut-être vécu avec lui dans cette maison, ou, selon d'autres hypothèses, dans la domus adjacent; il était ami fidèle du Tribune et Juge à la cour impériale T. Suedius  Clemens, envoyé par l'empereur Vespasien à Pompéi pour récupérer les terres publiques zones mal occupés après le tremblement de terre de 62. 

dsdgs<dgsdnws

Les Epidii descendait d'une ancienne famille (gens) d'origine de Nuceria qui, comme indiqué par Suétone , ramené son origine par  un personnage devenu éros  après une mystérieuse disparition dans les eaux du Sarnum; une branche de celui-ci s'établie à Pompéi à la fin du IVe siècle av JC, époque dans laquelle remonte un tombeau dans le sud-est de la ville, dans la Nécropole de Porte de Nuceriae, destiné à l'enterrement de membres de cette famille; elle était la seule tombe à chambre découvert à ce jour à Pompéi. Sans surprise, pour sa propre résidence le fondateur de la maison a choisi comme modèle d'habitation, non pas un domus traditionnel avec atrium, mais un véritable palais d'ascendance hellénistique , la maison a été partiellement restaurée; sur le côté du fond de l'atrium, la salle située dans le nord-ouest a été divisée en plusieurs petites pièces, la pièce centrale, le tablinum ou le Voecus, a été décoré avec un sol en mosaïque noir et blanc, et sur le côté sud le jardin, qui à une hauteur plus élevée, et qui occupe tout l'arrière de la maison, au quel fut ajouté un petit porche en briques. Même les Exèdres ont été partiellement restaurés; dans les deux furent fermés les portes de communication originaires, avec les cubicules adjacentes.

dsdgs<dgsdnws

La maison a un arrangement inhabituel à l'égard de son vestibule et de l'Atrium. Le vestibule  a une double porte donnant sur la rue qui aurait été laissée ouverte pendant la journée. Les visiteurs seraient généralement entrer dans la maison par une petite porte à droite du vestibule, les grandes portes doublées entre le vestibule et les Fauces étaient ouvertes uniquement pour la réception des visiteurs  ou des invités spéciaux.
Les petites Fauces  ouvrent sur l'atrium rectangulaire et imposant,  qui est dominé par 16 colonnes doriques de 4,3 m de haut, autour d'un impluvium central. En contraste avec les atriums des maisons de Salluste et du Faune , ici, l' atrium est devenu le centre  même de la demeure; L'Atrium n' était pas aussi élevé que celui des maisons précédents, mais il  avait l'ampleur d'une cour, et que le bassin de l’impluvium, rappelle sa fonction d'origine.
Sur le coté nord de l' impluvium il y a le socle pour une figure de fontaine qui  jetait un jet d'eau dans le bassin, reposant sur dieux supports rectangulaires. Presque toute cette aire conserve sa décoration de 1° style de faux marbre, sauf quelques travaux de restauration dans le quatrième style.

dsdgs<dgsdnws

Les Alaes, sont disposés au centre des parois latérales, et non au fond  de l'atrium, comme d' habitude; l'architrave de leur large ouverture, est supporté par deux colonnes ioniques situées sur les côtés et dans le fond. Les deux ailes ont été décorées peu avant l'éruption sous le 4° style, mais cette décoration est très abîmée par le temps.
A tous les coins de l'entrée, des pilastres sous forme de colonnes  avec chapiteaux  de style corinthiens ou sont raffigurées des têtes féminines de  Baccantes, le tout enrichi par  une décoration, au milieu, avec des feuilles d'acanthe, sujet typique de ce style.  
Dans l' alae droite, les deux propriétaires affranchis de l'habitation, appelés Diadumenes ont consacré durant la dernière période, un Lararium de culte pour les Lares et le génie de leur maître, Marcus, comment temoigné par une plaque de marbre encastrée dans le podium : "au Génie de notre Marcus et aux Lares par les deux Libertis Diadumenis ".

dsdgs<dgsdnws

Dans la figure de ces deux Patronus, il est probablement reconnu Epidius Marcus Rufus, dont le nom apparaît dans le sceau  de bronze trouvé dans la maison et appartenait à un autre de son affranchi, le nommé Italicus; avec son frère Marcus Epidius Sabinus, peut-être vécu avec lui dans cette maison, ou, selon d'autres hypothèses, dans la domus adjacent; il fut un très cher ami intime du "tribune" et juge imperial T. Suedius Clemens, envoyé par l'empereur Vespasien à Pompéi pour récupérer les terrains publiques mal occupés après le tremblement de terre de l'an 62. Les  Epidii, descendaient d'une ancienne gens ( famille) d'origine de Nuceriae qui, comme indiqué par Suétone , ramené son origine à un personnage devenu épique après une mystérieuse disparition dans les eaux du Sarnum; une branche de celui-ci s'établis à Pompéi à la fin du IVe siècle av. JC, époque à la quelle on a fait l'utilisation précoce d'un tombeau découvert dans le sud-est de la ville, dans la nécropole de Porte Nuceriae, et destiné à  l'enterrement de membres de cette famille; en elle était la seule tombe du type "à chambre" découvert à ce jour à Pompéi. Sans surprise donc, que pour sa propre résidence le fondateur de la maison a choisi comme modèle d' habitation, non pas un domus traditionnel avec atrium, mais un véritable palais d'ascendance hellénistique.

dsdgs<dgsdnws

De chaque côté de l' atrium sont une série de petites chambres, dont trois étaient certainement des cubiculaes pour les membres de la famille; quelques-uns de ces pièces sont décorées en manière très sommaire, sans doute destinées aux gents de service de la maison. Sur le côté nord de l'atrium est le Tablinum , qui a une grande fenêtre donnant sur le jardin, à l'arrière. Comme l'atrium,  il y a des restes de plâtre, mais ceux-ci sont beaucoup trop fanés pour permettre une description définitive de la décoration à fresque originale.
Sur la droite du tablinum , sur le coin nord-est de l'atrium , est le Triclinium . Une fois richement décoré en quatrième style, l'on peu reconnaître la composition d'une série de tableaux illustrant la lutte entre Apollon et Marsyas fixer sur des panneaux blancs entre les bandes de motifs architecturaux.
Dans la cuisine, qui s'ouvre sur le côté ouest de la colonnade, est un large poêle. La petite salle à l'entrée était peut-être un débarras. Les latrines, comme ce fut souvent le cas, étaient dans le coin de la cuisine.

dsdgs<dgsdnws

Dans la maison, à l'origine, il n'y était pas d'étage supérieur, mais par la suite, une grande salle, probablement un triclinium, a été construit sur la cuisine. Il peut y avoir eu une ou deux petites salles de magasin dans le haut de l'escalier qui ont été construits dans l'une des chambres secondaires sur les coté de l'atrium. La partie principale du jardin semble avoir été utilisé pour cultiver des légumes tandis que la petite section surélevée à l'extrémité nord, était peut-être un jardin de fleurs. Il y a une entrée secondaire ou posticum dans le coin nord-est du jardin qui donne sur le coté opposé du quartier.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DU CENTENAIRE   
Ou Maison de A.Mustii Veri et Tiberius Claudi Veri
fouilles: 1879-1880; 1999-2004

Plan Maison du Centenaire Pompei

L'histoire complexe de cette maison, l' une des plus importantes à Pompéi avec ses près de 1800 m2 de surface de plancher, n'a pas été clarifié que récemment, grâce à une analyse complète et détaillée de la décoration et de l'exécution d'une série d'essais ciblés des travaux d'excavation. La région, habitée depuis les années du début, en dépit de son éloignement de la vieille ville supposé, dans la partie sud du Forum, a été affectée par la construction de deux maisons avec des l'atriums de différentes tailles au cours du troisième siècle av. JC, à la fois avec le devant face à la Rue  de Nolae. Celle plus orientale, plus grande, à l' Hortus à l'arrière, a été ajoutée au cours du deuxième siècle av. JC., un petit porche, ponctuée par des colonnes de travertin, et certaines zones résidentielles sur le côté sud.

dsdgs<dgsdnws

La maison la plus occidentale au contraire, avait un jardin, mais celui-ci n'a jamais fait l'objet d'une modification; comme documenté d' ailleurs pas des sondages stratigraphiques ou supposée sur la base des analyses stratigraphiques, les deux Jardins voisins ont ensuite été séparés que par une forte palissade de bois. Dans cette même période, le coin nord-ouest du bloc a été occupé par des structures artisanales. Seulement dans le siècle d'Auguste, la maison de l'Est a pris un aspect plus luxueux, se dotant d'une série de chambres à l'arrière du jardin et par le renouvellement avec des peintures raffinées de la 3e style de nombreuses chambres. En époque post-sismique finalement la maison atteint sa taille actuelle à travers l'unification des deux maisons du type "à atrium", avec  la construction du grand péristyle, qui unifie dans un seul espace les anciens jardins, et donc l'incorporation d'une partie de deux autres bâtiments à destination privé et commercial situé le long de la côte ouest de l'insula, au lieu de quoi se sont crées des pièces utilitaires et d'une installation thermale. 

dsdgs<dgsdnws

La restructuration impliquera également une nouvelle définition des espaces: l'atrium de la plus grande maison assuma une fonction ouvertement commerciale, avec l'ajoute de plusieurs pièces, et l' atrium de la maison de l'Ouest a été utilisé par la famille, tandis que le véritable pivot du complexe est devenu le grand péristyle, sur le quel donnaient toute une série de chambres somptueuses, dont le plus important était la grande Exèdre placé au centre de la face sud, ouvert à sud sur un petit jardin orné d'une fontaine.
Pas tous les travaux ont été terminés au moment de l'éruption, mais l'impression générale qui a été proposé au visiteur était celle d'une résidence digne d'un personnage de premier plan dans l'élite locale, à identifier peut-être avec A. Rustius Verus, déjà nominé duoviir dans l'époque de Flavien, dont le nom est apparu dans une série d'inscriptions électorales peintes sur la façade de la maison.

dsdgs<dgsdnws

Des Fauces d'entrée, décorés d'une mosaïque représentant un monstre, l'on atteigne l'atrium toscan pavé  d'un damier blanc noir et dans lequel, au moment de l'éruption, la nouvelle vasque de l'impluvium en marbre n'avait pas encore été placée à sa place au centre. La plupart des chambres s'y donnant, ont été décorées avec un crépi simple et montre les trous pour les supports des travaux. L'atrium ouest, plus petit, conserve encore les peintures de 3° style de la phase de construction et de décoration qui a précédé l'unification des deux maisons dans le complexe; parmi ces décorations, nous mettons en évidence la peinture de l' Alae, qui remonte aux années précédentes le 15 apr. JC, ainsi qu'il ressort de la lecture d'un graffiti contenant les noms des consuls de cette année.

dsdgs<dgsdnws

Un couloir ouvert dans le coin sud-ouest constitue le passage de service utilisé pour atteindre une partie de la maison qui a été ajouté,  aux frais des précédents propriétaires, qui abrite une suite se composant  de trois chambres et le secteur de l'implantation Thermale, l'une des plus grandes construite dans la ville pour une habitation privée. Le corridor, sur lequel il y a trois grandes portes de communication avec le portique occidental du péristyle, se terminant par un "atriole", petit atrium, accessibles par la petite entrée indépendante; ici, dans le coin sud-est était un Lararium avec représentation de Bacchus, maintenant exposée au Musée de Naples. Le system thermale de la maison, très peu conservé, est constitué des environnements habituels, avec Tepidarium et Caldarium construit au-dessus du four de chauffe, et donc  placés sur un niveau plus élevé des autres pièces; dans le Tepidarium est une mosaïque avec le volet central décoré avec des animaux marins. 

dsdgs<dgsdnws

La suite, situé au nord de bains, est centrée sur un grand Triclinium, décorée avec des peintures de 3° style hérité de la disposition précédente, la quelle forme reflète une division interne comme  de hall et alcôve; sur le mur nord de l'antichambre une porte mène à deux chambres mises en caché, dont la plus à l'intérieur, montre une série de décorations  à caractère érotique, qui sont insérées dans les peinture de 3° style. Il est possible que cette partie de la maison a fonctionné comme un petit Lupanar, dirigée par le propriétaire même  de la grande maison.
À travers les entrées de vastes prises à partir du bas de l'ancienne tablinium des deux atriums, ou à travers des portes sur le côté est du couloir, l'on arrive a rejoindre la zone résidentielle de la maison, organisée autour du  grande Péristyle ponctuée par 23 colonnes doriques de tuf et de briques et muni  sur le côté nord, d'un deuxième étage avec colonnes ioniques de tuf.

dsdgs<dgsdnws

Toutes les chambres qu'y donnent, sont décorées avec des peintures de quatrième style et sols en mosaïque; parmi ces derniers, l'on signal une magnifique mosaïque de sol de la cubicula, aujourd'hui au Musée de Naples.
Le véritable objectif architectural de cette partie de la maison se compose de la grande exèdre, à partir de laquelle l'on peut  profiter de la grande vue sur le  Viridarium  central, et celle du petit jardin situé derrière lui.
L' aspect  de ce dernier est désormais modifiée par le petit toit de protection qui a été  posé, et donc il faut chercher à l'imaginer comment un espace en plein air, animé par la fontaine et décorée de mosaïques avec jaillissant échelle; les côtés de la fontaine, sont riches d'une décoration de peinture qui représentation une scène de chasse, normalement associée avec les décorations de jardin, et sur la balustrade qui entourait le jardin une nature morte avec des poissons, ici disposés comme une décoration du bassin de fontaine obtenu au centre de celui-ci.

dsdgs<dgsdnws

Dans le petit atrium, la peinture du Lararium peinture avec Bacchus et le Vésuve. Délimité en haut par une guirlande et vers le bas par un serpent Agathodaimon, le tableau représentant Bacchus, la tête couronnée de feuilles de vigne et vêtu d'une sorte de grappe de raisins en forme de cape, à la gauche,  ce qui est au sommet d'une montagne et conique en grande partie recouvert vis et d'arbres. La montagne est identifié généralement  en le Vésuve avant le 79, riche en végétation et plantations comme mentionné par Strabon et Pline l'Ancien; récemment, il a été mis en doute cette identification, en soulignant le caractère purement général de cette représentation, qui serait ensuite compté parmi ceux de paysage.

dsdgs<dgsdnws

Le cubicula toute proche, présente une mosaïque avec gorgonéion. La tête de la grande Gorgon au centre de la décoration en mosaïque a une valeur apotropaïque, ainsi que la mosaïque avec monstre marin situé dans la deuxième vestibule d'entrée. Près de bords opposés de la boîte sont deux panneaux, qui étaient probablement la même scène: un navire avec canot de sauvetage près d'un un rocher sur lequel est un phare, il arrive bientot à une ville entourée de murs, en face de ce qui est un palmier et un sanctuaire. Dans la ville l'on peut reconnaître représenté Alexandrie, dont l'identification peut être dit pour être certain sur la base de la présence de ce célèbre Phare, et le grand Palmier , qui était également une caractéristique de l'île de Faro, dans les mémoires rappelé comme Palmijera par Ovide.

dsdgs<dgsdnws

Dans le péristyle, la Fontaine porte une statuette en bronze, un Satyre avec une outre; utilisé comme un jets de fontaine, et avec le corps du satyre fortement déplacé vers l'arrière, afin de souligner l'effort qui tient sous son bras gauche l' outre d'où l'eau coulait. Les restaurations anciennes visibles sur l'épaule gauche et la jambe droite indiquent la durée de vie de la petite statue, un bel exemple de sculpture remontante de l'époque hellénistique tardive probablement produite par un atelier d'Alexandrie.
Cette belle demeure du 2° siecle av. JC, restucturée en epoque Imperiale, porte ce nom "du Centenaire" car sa decouverte date de 1879, anniversaire duDixhuitieme centenaire de l'eruption du vesuve qui ensevelit Pompei. ~


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DES CHASTES AMANTS   
ou Taberne de Crescens
Fouilles: 1912; 1992 - 2005; actuellement...

Plan maison des Chastes Amants Pompei

La Maison des Chastes Amants se trouve du côté nord de la rue de l'Abondance et fait l'objet de travaux d'excavation en cours, qui ont commencés en 1987. L'excavation de ce bâtiment fait partie d'un projet plus vaste, englobant une grande partie de l'extrémité sud de Regio IX, dans la Insula 12, qui avec comprise la voisine Maison des Peintures Incomplètes, définit cette Insula. Ce bâtiment tire son nom d'une fresque dans le triclinium d'un couple à une fête dans l'acte de quelques baisers plutôt timide. La propriété était d'usage mixte, composé d'une boulangerie et de ses quartiers résidentiels attachés.
Une enseigne de magasin sur le côté droit de la façade est un portrait humoristique de Priape, un dieu mineur de la fertilité et de l'abondance, de partir avec le caducée et ailées sandales de Mercure, en substance voleurs du dieu des voleurs.

Plan maison des Chastes Amants Pompei

L'entrée donne sur un vestibule carré, qui dispose d'un escalier pour  monter à l'étage supérieur, dans le coin nord-est. A droite de l'entrée se trouve un petit cubiculum qui est décoré dans le quatrième style sur fond blanc, avec une frise rouge et noir inférieure.
Le vestibule ouvre directement sur la boulangerie au nord. Lors de fouilles archéologues il a été découvert que le four de boulangerie avait déjà subi des dommages importants durant le premier séisme de 62 qui avait occasionné des dommages, et qui avaient été réparés et plâtré par la suite, mais qu'il avait ensuite été endommagé à nouveau avant l'éruption. Face du four est la salle de préparation de la pâte  où mélangeurs et malaxeurs travailler la pâte destinée au pain.

dsdgs<dgsdnws

Sur le coté droit du four sont quatre meules , encore en place, qui sont fabriqués à partir de blocs de lave poreuse, une pierre très dur qui ne perd pas de fragments qui gâcher la farine produite, et qui  reste  tout a fait résistante au temps.. Les meules consistaient en une catullus tournant sur un centre en forme de cône inversé, sur un socle en maçonnerie. Pour produire le sens de rotation, et donc conduire le processus de fraisage le service de mules attelés à un faisceau insérée dans une fente dans le catullus.
Sur le côté nord de la propriété sont deux cubicula qui se situait autour d'une pièce centrale, un Cubuculum qui était décoré simplement avec des panneaux rouges et jaunes au-dessus d'une frise noire inférieure, tandis que une cubicula est décoré dans le quatrième style sur fond blanc avec une frise rouge inférieure. 

dsdgs<dgsdnws

Une porte dans le coin nord-est de la boulangerie ouvrait sur une petite cour rectangulaire ouverte, avec un petit jardin central surélevée, partiellement décoré avec des panneaux rouges contenant de petites scènes centrales. Sur le mur ouest la représentation picturale d' un Lararium  enrichit d' un petit autel.
Surplombant la cour centrale, la présence du Triclinium , qui est accessible hors chambres , est décoré dans le troisième style avec des panneaux rouges contenant figures flottantes encadrant panneaux noirs centraux, et comportant des scènes de banquet. La scène sur le mur nord est des "Amants Chastes", représentant un couple au centre d'un banquet en fête, se donnant un timide baisé, après quoi la propriété a été nommé, tandis que les murs adjacents contiennent d'autres scènes de banquet, y compris celui en bas à gauche de très belle facture. 

dsdgs<dgsdnws

A l'est du triclinium était les écuries, qui avaient leur propre accès à la rue qui longe le côté est de l'insula 12. Les squelettes des cinq mules de la boulangerie destinés aux travaux de moulage, ont été trouvés ici. Une deuxième chambre hors de la zone de broyage principale a été également utilisée pour le stationnement au moment de l'éruption de 79.
Sous la voûte effondrée, des tasses de couleur  ont été trouvées avec différents pinceaux, un petit chauffeur  et un compas, ce qui prouve que les peintres étaient au travail de décoration au moment de l'éruption. Il a été possible de reconstruire la conception des parterres de fleurs dans le jardin grâce aux trous laissés par des clôtures de roseaux.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DES PEINTURES INACHEVEES   
Fouilles : 1915; 2003-actuellement...

Plan Maison Peintures Inachevées Pompei

La Maison des "Peintures Inachevées" est actuellement en cours de fouille avec la voisine Maison des Chaste Amants dans le cadre de l'excavation en cours qui englobe une grande partie de l'extrémité sud de Regio 9 dans l'Insula 12. La demeure prend son nom de l'état inachevé de la décoration dans le grand oecus dans le coin sud-est du bâtiment. Peintres pots et pinceaux ont été trouvés dans la chambre et plusieurs des panneaux centraux en charge que les contours d'esquisse de la scène décorative proposée pour y être peints. Le bâtiment a un tracé irrégulier et peut-être d'un usage commercial et domestique mélangé au moment de l'éruption.
La maison étend la largeur de l'insula avec une entrée sur chacun des rues latérales de bordure. La porte sur le côté de l'ouest, que ne porte aucune référence officiel est sans doute l'entrée principale de la maison, car elle  amène à  l'atrium alors que l'autre à l'opposé conduit aux cuisines. 

dsdgs<dgsdnws

Les chambres sur le côté ouest de la maison, ont été que partiellement fouillé et l'interaction exacte entre certaines chambres n'a pas encore été déterminée. Deux chambres qui ont été défrichées sont cubicula dit B et C. la Cubiculua B est décorée dans le quatrième style avec des panneaux blancs et des figures flottantes encadrant panneaux blancs centrales contenant une scène décorative, tous au-dessus d'une frise rouge inférieure. La zone supérieure est constituée de thèmes géométriques sur fond blanc.
La Cubiculua C, la pièce la plus éloignée, a une fenêtre dans sa paroi orientale et est également décoré dans le quatrième style avec des panneaux blancs encadrés de rouge au-dessus et d'une frise rouge inférieure. La chambre dispose d'un sol en mosaïque finement décoré, dans un motif géométrique noir et blanc et avec une mosaïque rectangulaire marquage supplémentaire du seuil.

dsdgs<dgsdnws

La zone de la maison qui a été largement excavée est le viridarium  et ses pièces environnantes. Le péristyle , colonnades sur trois côtés, est décoré d'une frise de panneaux rouges encadrées en jaune avec au dessous une zone supérieure de couleur blanche; le point de vue contraire est de la partie nord de la colonnade vers l'est. La Chambre dit E du coté nord-ouest du péristyle semble avoir été laissé sans décor et utilisé comme un cellier, comme en témoigne la découverte d'un certain nombre d'amphores trouvés empilés contre le mur du fond. L'attenant oecus , la pièce F, est décoré dans le 4° style, avec des panneaux encadrés blancs contenant des scènes centrales dessus d'une frise rouge inférieure décorée. La zone supérieure est décorée de façon similaire avec des panneaux encadrés plus petits contenant figures flottantes séparées par des guirlandes.

dsdgs<dgsdnws

Comme on peut l'imaginer, dans l'oecus, plusieurs des scènes centrales sont manquants, après avoir été enlevé peu de temps après les fouilles. Une  récente recherche à permis de retrouver les tableaux manquants et amenés par la suite au Musée Nationale de Naples, reste malheureusement que les murs ont été gravement endommagés et des travaux de restaurations sont également en acte. Une des fresques est d'un coq picorant une grenade, une très belle peinture en 3° style.
La cubicula dit G, et son antichambre est décorée en 3° style avec des panneaux rouges et jaunes contenant de petites scènes centrales occasionnels dessus d'une frise noire inférieure. La zone supérieure de chaque chambre se compose d'un motif géométrique sur un fond jaune.

dsdgs<dgsdnws

La cubicula H, sur le côté est du péristyle est décoré avec des panneaux rouges contenant figures flottantes et des guirlandes de chaque côté d'un panneau central rouge tenant une petite scène encadrée. La frise inférieure plaine est peinte en noir tandis que la zone supérieure est constituée d'un thème géométrique avec des chiffres et des guirlandes. Le plâtre dans cette salle, en particulier sur le mur Est, est assez en mauvais état, et tend à l'écaillage de la surface de la paroi.  
Immédiatement au sud de cette pièce est la cuisine et les latrines, des outils  de cuisine ont été retrouvés au sol, au moment des premières fouilles. Cette zone intérieure, possède son propre accès de la rue, comme déjà dit du coté opposé de la demeure, dans la ruelle droite de l'insula.  

dsdgs<dgsdnws

Contrairement au reste de la maison et comment d'habitude, la cuisine a peu ou pas de décoration.  La colonnade sur la côte orientale du péristyle se termine à forme de prothyron , un grand porche d'honneur, qui donne face de la grande pièce de l'oecus.  Comme mentionné précédemment, la décoration de cette chambre était en train d'être achevé quand le Vésuve c'est éveillé. La chambre est décorée finement dans le 4° style, avec des panneaux latéraux noirs séparés des panneaux rouges centrales par des motifs architecturaux de colonnes et de guirlandes.
Les images centrales de chaque panneau rouge sont absentes, avec seulement contours esquissés, pour  faire allusion à la scène destinée à être dépeint. Les panneaux noirs ont des médaillons centraux incorporant figures flottantes. La chambre dispose d'un sol en mosaïque blanche avec une bordure noire fine et un panneau central en tesselles colorées formant un motif géométrique dans un cadre géométrique noir et blanc. Les fouilles et les recherches dans cette maison sont toujours d'actualité. 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~       

   MAISON DE C. JULIUS POLYBIUS   
Fouilles: 1912 -1913; 1964 - 1970

Plan Maison de C Julius Polybius  Pompei

La maison, dans la dernière phase de vie de la ville, appartenait aux descendants des affranchis impériaux, Caius Julius Polybius et Caius Julius Philippus, elle se caractérise par des éléments de remarquables intérêts pour sa particulière planimétrie et pour l'excellente conservation de ses peintures. La construction de la maison, qui occupait une zone jusque-là restée libre, date du troisième et deuxième siècle av. JC. L'organisation de son schéma le plus ancien, avec deux atriums rapproches, dont la plus grand, celui  de droite, avec deux pièces disposées aux côtés des Fauces, et trois sur le côté inférieur, est plutôt inhabituelle, montrant une certaine affinité avec quelques maisons de Type "mitoyenne" présentes dans cette partie de la cité, et, une similitude plus précis avec la Maison du Centaure, fouillée dans la Regio 6. 

dsdgs<dgsdnws

Il semble que son plan déclare nettement la volonté de garder un type d' habitation très diffusé en époque Samnites et abandonné au cours du deuxième siècle av. JC, avec l'adoption généralisée de la maison du type " à atrium toscan".
La particularité de cette maison est en effet qu'elle possede un type d'atrium  que l'on avait oublié à Pompei car il s'agit d'atriums de type "Testudinatum". Les maisons de Pompei se caracterisent par trois models d'atrium:
_Tuscan, aucune présence de colonnes pour soutenir le toit;
_Tétrastyle, avec quatre colonnes aux  coins de la vasque  inférieur;
_Corinthien , la vasque entièrement entourée des colonnes corinthiennes.

dsdgs<dgsdnws

Le plus commun était le Tuscan. Or ici, le model Testudinatum,  ne prévoyait  aucune ouverture dans toit et donc pas  de Compluvium et Impluvium, l'eau dans la vasque était ajouté manuellement en décoration.
 La façade austère de la maison, décorée en 1° Style avec des fausse pierre sortantes appelées "Bugne", (crées en plâtre), avait à l'origine deux entrées surmontées par des cadres élégants, à laquelle seulement plus tard furent ajoutés deux magasins. Des deux magasins de la façade, celui de gauche, a été fermé pour des raisons statiques à l'appui de l'étage supérieur; à côté de l'entrée n ° 4 avait quatre graffitis pentateuques d'un poète inconnu:

dsdgs<dgsdnws

"Nihil durare potest tempore perpetuo....Cum bene sol nituit, redditur oceano. ..Decrescit Phoebe quae modo piena fuit.f(Sic) venerum feritas saepe fit aura levis"...
(« Rien ne peut durer en eternel  dans le monde...Quand le soleil a etein  sa splendeur, se soumerge dans la mer...Dessende la Lune apres d'avoir  rajoint son plein...c'est ansi que l'amoureuse douleur va se resoudre en suffle  leger... »).

dsdgs<dgsdnws

L'entrée principale de la maison, mène à une sorte de anti-chambre d'atrium et par elle donc à la plus grande des pièces d' Atrium, dans lequel on peut toujours voir une belle décoration en 1° style dans  sa forme d'origine, que fut partiellement affecté par des travaux de restauration, qui, au moment de l'éruption, venaient de commencer.  Ce grand Vestibule, conserve une partie de sa décoration en "premier style"; les enduits des parois peintes d'époque hellénistique et romaine furent étudiés pour la première fois à Pompéi et furent classés en quatre "styles", parfois appelés pompéiens mais qui étaient en réalité répandus dans tout le monde romain . En usage également en Grèce pendant l'époque hellénistique au début du I siècle av. JC, le "premier style" tend à imiter par des compartiments en relief, parfois peints, une structure en blocs de marbre, et pour cette raison est appelé également "style structurel" ou un revêtement du mur en plaques de marbre. Le motif de la fausse porte peinte, typique du "second style", fut ajouté dans cette pièce dans un second temps, pour masquer la fermeture d'une porte qui existait auparavant.

dsdgs<dgsdnws

Sur la partie supérieur, des fenêtres de type dorique, qui a donnaient la lumière et de l'air à une série de petites pièces obtenues à une date ultérieure à l'étage supérieur, ils sont encadrés par une galerie de faux ponctuée de pilastres doriques en stuc; cette solution, qui domine la décoration de structure classique de la partie inférieure, donne à cette partie de la maison un air grave, en écho à l'aspect des maisons à plusieurs étages répartis dans les villes hellénistiques. A l'ouest du tablinum, derrière le tas de chaux accumulée en prévision des travaux de rénovation d'époque, est visible une porte peinte à l'intérieur de ce qui était autrefois une véritable ouverture sur une pièce d'entrée; comme dans d'autres maisons de Pompéi, même ici, au cours du premier siècle av. JC, a été décidé de se tourner vers l'entrée arrière d'un triclinium ouvert à l'origine de l'atrium, qui a reçu ensuite un style de peinture de 2° style.

dsdgs<dgsdnws

Par ce grand Vestibule, avec un "cocciopesto" au sol, placé en légère montée, l'on arrive à l'Atrium principale, au sol des pavés qui ont été remaniés au moment de l'installation de l'impluvium en marbre, qui est probablement le résidu de la chaussée d'une cour plus ancienne ici présente; autour de l'atrium sont disposées quelques chambres de repos et de séjour, presque toutes décorées avec des peintures de 3° style de caractère plutôt campan. Par à une étroite Andron, flanqué d'un  Lararium, l'on accède au Péristyle qui se termine a gauche par un faux portique de colonnes, appuyé contre le mur de l'ouest, il se compose de cinq semi colonnes  de stuc. Au fond du jardin, qui, au moment de l'éruption était riche des arbres fruitiers, se dispose le quartier le plus prestigieux de l'habitation riche en décoration. Ces pieces, documentent une intervention décorative uniforme de 3° style, daté de l'époque  Claudienne, qui fut peut-être exécutée au moment de l'achat de la maison par les descendants de riches affranchis impériaux qui étaient C. Julius Polybius et C. Julius Philippus. Pour certains de ces locaux, l'excavation minutieuse a également permis de reconstituer les plafonds riches en décorations en plâtre. 

dsdgs<dgsdnws

Certains raffinements caractérisent la décoration du grand Triclinium d'hiver, la rénovation en cours au moment de l'éruption. Dans la partie préservée de la décoration de 3° style du mur, est visible un  grand tableau mural avec divers épisodes de la Supplice de Dircé, un sujet d'Euripide qui est devenu très populaire dans la période julio-claudienne aussi grâce à une riche  production de sculptures. Le désir de montrer des signes de sophistication et du coté raffiné aux invités qui avait conduit les propriétaires à se déplacer même sur les marchés des antiquités, l'achat d'objets qui inspirent l'émerveillement et admiration, signe de richesse et opulence.
Dans le grand triclinium, ont été retrouvés, soigneusement rangés, une statue en bronze d'Apollon utilisé comme porte lampe, un petit cratère du deuxième siècle av. JC avec des scènes mythologiques, et un Idris en bronze très  intéressant avec une dédicace à Héra d'Argos daté de 460-450 av. JC, probablement déjà réutilisé dans des procédures de incinération pour les prières.

dsdgs<dgsdnws

Beaucoup plus modeste était le secteur ouest de la maison; derrière un atrium de type Testudinatum, pavé par un simple sol, un petit atrium, destiné à la partie de service de la maison, où il y avait la cuisine précédée d'un Lararium peint, pour lequel l'on avait renouvelé la peinture peu avant l'éruption.
La petite cour de service, sur laquelle donnent différentes pièces à l'étage supérieur, peut-être les logements des esclaves, est caractérisée par la minuscule cuisine, dont on a récupéré et reconstruit tous les éléments de la toiture y compris la cheminée.
Sur le plan de travail, où l'on allumait le feu, on a retrouvé les casseroles employées quotidiennement, un trépied en fer et une grille.

dsdgs<dgsdnws

Le grand tableau mural à côté de la cuisine représente un Laraire, le lieu où l'on vénérait les Lares, divinités domestiques protectrices de la maison et de la famille. Ceux-ci sont représentés en haut, de part et d'autre de la scène. Dans le bas est peint le serpent Agathodemone, protecteur du foyer, propice à la fertilité, enroulé autour de l'autel sur lequel le maître de maison, représenté avec les traits du Genius, protecteur du chef de famille, est en train avec son épouse d'effectuer un sacrifice. Un jeune homme portant des offrandes et un joueur de flûte participent au sacrifice. Des graffiti rappellent Caius Julius Filippus, le don de gemmes par une femme que l'on pense soit Poppée, le femme de Néron, à la Vénus de Pompéi et la visite de Néron lui-même au temple de Vénus. Exécutées simplement et hors des principes de la décoration murale, les scènes de ce laraire constituent les manifestations de peinture populaire les plus nombreuses pour l'époque.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DE M. OBELLIUS FIRMUS   
Ou Maison des Obellii Firmii
Fouilles: 1888; 1903; 1910 -1911

Plan Maison  M Obellius Firmus Pompei

Cette maison etait situé à proximité de la Porte Urbicae par laquelle on retrouvait le majeur Decumanum de la ville, l'actuelle Rue de Nolae. Il s'agit d'une maison avec deux atriums, construits avec des grands blocs de calcaire coupé net, et greffé dans le mur testé pour contenir les pierres de lave et de calcaire interposés. La solidité impressionnante de la texture de la pierre, retrace la construction de cette maison à l'époque Samnite, quand les maisons étaient construites principalement de calcaire et pierre de lave, sans l'ajout de tuf: ici, cependant, il apparaît dans les colonnes et dans les bassins versants des atriums et du péristyle. Elle occupait avec sa façade le coté cour de l'insula et se prolongeait en longitude pour plus de la moitié de sa surface. Elle est l'une des plus grands et articulés maisons de Pompéi que révèle, dans son système, et dans les quelques éléments survivants de la plus ancienne décoration, d'avoir été conçue et construite pour une famille de haute lignée de Pompéi Samnite. Il est impossible de déterminer si elle doit être identifiée avec celle des derniers habitants de la maison, appartenant à la gens (famille) des Obellii. 

dsdgs<dgsdnws

Ils sont en effet reconnus dans la ville que de l'époque  d'Auguste, et ont été parmi les protagonistes de la vie politique locale dans les dernières années de vie de la ville le père apparaît dans les tablettes de cire du banquier Caecilius Jucundus, et il semble qu'il a été décidé dans ses activités politiques comme apparu dans les incitations  électorales trouvés sur les murs du  vestibule, de l'atrium et du péristyle de sa maison. Son fils,  M. Obellius Firmus, est venu à occuper le poste de duoviir, comme en témoigne le Titulus lisible sur sa tombe, découverte dans la nécropole de la Porte de Nolae, au sud de la Cité. Des deux secteurs qui composent la maison, la plus importante correspond à l'entrée nr. 4, par laquelle on accède au monumental atrium Tétrastyle, soutenu par quatre colonnes corinthiennes en tuf, qui datent avec le bassin de l'impluvium central, au début du 1er siècle av. JC. A l'angle de droite de l'atrium, la présence d'un Lararium majestueux, un petit temple sur un podium, et tout près, le  témoignage de puissant et de bien-être, représenté par un caisson en bronze, inamovible, près de l'alae de l'atrium. 

dsdgs<dgsdnws

Au cours de la période impériale, peut-être pour souligner le rang atteint par la famille, le bassin de l'atrium, a été embelli par un mobilier en marbre raffiné, formé d'une "tabula vasaria" à quatre pieds, d'un "monopodium" utilisé comme base pour une statuette, et d' une cuvette sur un soutien rainurée. Presque rien n'a été préservé de la décoration murale dans les chambres donnant sur l'atrium, parce que dans la rénovation au moment de l'éruption de 79. La documentation est par contre plus complète sur l'atrium secondaire de type toscan, et les zones résidentielles qui donnent sur le péristyle postérieur, entouré sur trois côtés par une colonnade dorique en tuf. Dans ces deux secteurs, en partie altérés par les travaux successifs de construction, sont documentés deux phases décoratives: l' une plus ancien, appartenant à la fin du 1° style, et, l'autre plus récente, effectué  cinquante années plus tard, de 2° style.

dsdgs<dgsdnws

Particulièrement intéressants sont les changements documentés dans le quartier du péristyle. Au moment de la construction de la maison, les chambres donnant ici, étaient peu nombreuse et la quasi-totalité avec  des fonctions de services ; probablement déjà à ce stade, existait une petite implantation thermale, comme dans les complexes les plus anciens de ce type trouvés dans les maisons privées de Pompéi, et il était sans doute constitué d'un apodyterium et d'un caldarium, et réchauffé par un praejurnium situé dans la cuisine adjacente. La seule partie résidentiel était composée de quelques pièces faisant face sur le bras ouest et sud du péristyle, composé d'un triclinium flanqué de cubiculaes. La pièce faisant face au côté sud du péristyle, est décoré en 2° style, dans laquelle se démarque des représentations  de paysages palustres et par deux petits tableaux au thème religieux  peints sur les parois latérales de l'alcôve. Encore plus détaillés et adaptés aux fonctions exercées par l'environnement, est la décoration de l' Oecus adjacent, caractérisé par la présence de décoration de scénographique architecturale exubérante. 

dsdgs<dgsdnws

Les colonnes présentes sont de divers aspects: cannelées doriques, corinthiens écailleuse, et caelatae Corinthes, composées de tambours sculptés qui s'alternent avec des tambours avec des dés. Derrière les cloisons qui ferment une grande partie de la paroi, l'on peut voir des absides avec les relèvements très colorés. Abondent ornements et des meubles, tels que la statue de  Junon sur une étagère devant une niche, avec des masques et des Pinakes au dessus. En ce qui concerne les figures humaines, il convient de noter la dynamique des corps allongés avec des petites têtes, vue de dessous. Cela est vrai même pour les trois figures féminines, Elettra avec les femmes de chambre au tombeau d'Agamemnon, ou les couleurs commencent à dégrader légerment.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DE MARCUS LUCRETIUS   
OU Maison des Musiciennes
Fouilles: 1846-1847; 1851; 2002-2005;

Plan Maison Marcus Lucretius  Pompei

La Maison de Marcus Lucretius a été excavé la première fois en 1846-1847. Le système très irrégulier de la maison, avec deux atriums à angle droit sur deux niveaux différents, est le résultat de la consolidation tardive de deux maisons qui avaient été indépendante, et qui donnaient respectivement sur la Rue de Stabiae, et la ruelle à elle à angle droit. Les deux maisons dont la plus ancienne  sont celle-ci, comme indiqué dans la technique de construction de la façade, en opus quadratum, et dans les murs d'enceinte en opus telaium. Le secteur principal est celui qui donne sur la Rue de Stabiae, qui montre des signes évidents de restructuration de l'an 62, l'âge post-sismique dans presque tous les murs, construits en maçonnerie renforcée, en opus lateritium. Le vestibule avec sa magnifique mosaïque noir et blanc et décoré aux parois latérales avec la représentation des femmes musiciennes, peinture qui à donné l'une des  appellations à la maison, mène à un grand atrium toscan, également décoré d'une grande mosaïque, sur lequel il y a des pièces résidentielles, décorées avec des peintures de 4° style.

dsdgs<dgsdnws

L'absence d'un impluvium central dans l'atrium laisse penser que la couverture de l'édifice ne comportait pas des versants inclinés vers l'intérieur mais plutôt un toit couvrant toute la maison avec versants entraînant l'eau à l'extérieur , atrium en voûte; sans doute  un model plus ancien de atrium testudinatum. Ce même atrium abritait un Laraire sur le coté gauche. Dans le tablinum au fond de l'atrium, manquent les peintures sur bois, ceux-ci magnifiquement ciselé ont été détachés et tous transférés au Musée National de Naples, de meme pour le tableaux qui montre les musiciennes, cadres qui ont donné le premier nom à la maison.
Le deuxième nom du propriétaire présumé vient d'un tableau peint dans un salon de jardin sur la gauche, montrant un "scriptorium instrumentum", le nécessaire pour l'écriture au complet, avec une lettre de Marcus Lucrètius, le prêtre de Mars et décurion de Pompéi.

dsdgs<dgsdnws

Les Fauces  ouvrent sur le côté est de la  Rue de Stabiae, et le Vestibule est décoré en 4° style  en bleu clair au-dessus d'une frise rouge foncé. Les panneaux centraux sur chacune des parois latérales contiennent un grand tableau; sur le mur sud est la scène  théâtrale d'un groupe de musiciennes d' après quoi la maison a été initialement nommé , une copie de la scène car l'originel est au Musée nationale de naples. Sur le mur nord est une fresque de Ceres. Une porte étroite de ce côté des fauces, mène sur une petite pièce qui se trouve sous l'escalier qui conduit au large de l'atrium à l'étage supérieur.

dsdgs<dgsdnws

L'atrium a perdu beaucoup de sa décoration à fresque. À partir des restes de plâtres colorés, il est possible reconstruire la décoration consisté en une zone centrale jaune au-dessus d'une frise rouge inférieure. Sur le mur de l'ouest de l'atrium, immédiatement au sud du vestibule d'entrée, la présence d'un petit temple, un   lararium . Deux Cubicula voûtées s'ouvrent ici  sur le côté nord de l'atrium. La  première cubicula est décoré en 4° style avec panneaux blancs encadrés en jaune, au-dessus d'une frise inférieure jaune. Les panneaux centraux contiennent des scènes mythologiques; sur le mur nord, une belle peinture avec un Satyre et une Ménade , sur le mur ouest Narcisse avec un Cupidon (aujourd'hui au Musée National de Naples) et sur le mur est une bien fané scène représentant Vénus avec Cupids . La zone supérieure est constituée de figures humaines et des petites scènes se déroulant dans un cadre architectural encadré en rouge.

dsdgs<dgsdnws

La deuxième cubicula est décoré de manière très similaire. Ici, des scènes mythologiques disposent Venus qui Peche, sur le mur nord, Polyphème et Galatea , sur le mur de l'ouest et Phrixus et Helle (aujourd'hui au musée de Naples). Les panneaux latéraux contiennent figures debout peintes et grands médaillons mettant en vedette les chefs des différents personnages de mythologie.
Immédiatement à l'est du cubiculum , est une Ala décoré en 4° style aussi, avec des panneaux jaunes au-dessus d'une frise décorée rouge inférieure. Une porte en face, qui mène à la cuisine et à des services. Une seconde porte, cette fois sur le mur est, conduite à une petite pièce  avec peu ou pas de décoration. Face à l'entrée dans le centre de la paroi à l'est est le tablinum . Les murs conservent quelques restes de plâtre bien fané. Les grandes images centrales sur les deux parois latérales ont été enlevées pour être amenés au Musée de Naples, mais malheureusement, il n'y a aucune trace de l'objet

dsdgs<dgsdnws

Le tablinum a un sol en mosaïque fine en opus tesselatum , un motif géométrique en noir et blanc, avec un panneau central en opus sectile . Sur toute la largeur de la paroi nord du tablinum est une grande fenêtre qui donne sur la zone du jardin arboré en arrière. Pour la droite du tablinum , il y a un grand triclinium. Cette pièce est richement décoré avec des panneaux jaunes et rouges dessus, d'une frise jaune et rouge inférieure et décorée de panneaux rectangulaires noires contenant des motifs floraux.
Les panneaux centraux de la zone médiane qui contiennent de grandes scènes mythologiques; sur le mur Est, est une fresque de Hercule et Omphale , qui peut maintenant être vu dans le Musée National de Naples. La scène sur le mur nord est présente ici, et arbore le Triomphe de Bacchus tandis que la fresque sur le mur sud a été perdu. Les sujets des peintures manquantes dans les panneaux latéraux sont également inconnus.

dsdgs<dgsdnws

Dans le coin nord-est du triclinium est une fenêtre qui donne sur le petit jardin au dos; la chambre dispose d'un sol en mosaïque fine dans un motif géométrique noir et blanc avec une bordure blanche à bandes plaines. Le alaes se situant sur le côté sud de l' atrium sont décorés en 4° style, avec des panneaux rouges et jaunes au-dessus d'une large bande décorative rouge foncé contenant des panneaux rectangulaires comportant une fantastique représentation de vie marine.  Les panneaux dans la zone médiane contenaient des fresques qui ont depuis longtemps été retirés; la peinture sur le mur de l'ouest était d'un Poète et un Acteur Comique, mais les motifs des autres scènes sont inconnus.  La zone supérieure dispose figures humaines établies entre architecture fantastique sur fond blanc. Comme le triclinium , l'ala a un sol en mosaïque noir et blanc et fin dans un motif géométrique avec un blanc à bandes frontière.  Remplissant les chambres d'ouverture hors atrium sont deux autres cubicula . 

dsdgs<dgsdnws

Comme le cubicula sur le côté nord de l'atrium, ces chambres sont décorées en 4° style avec panneaux blancs au-dessus d'une frise inférieure jaune. Les scènes mythologiques dans cubiculum  comprennent des images de Galatae sur le mur ouest, Cyparisse sur le mur sud et Polyphème et Galatae sur le mur est. Dans la partie des panneaux sont des panneaux rectangulaires avec des thèmes mythologiques sur fond rouge foncé.
Les scènes mythologiques dans les panneaux centraux de cubiculum montrent Seleme et Endymion sur le mur ouest, Chiron et Achille sur le mur sud et Nereide sur un Hippocampe sur le mur est. Sur la gauche du tablinum, un petit escalier mène aux deux chambres sur le côté nord du jardin; la première chambre est décoré en 4° style avec des panneaux rouges séparées par des colonnes peintes dessus d'une frise rouge inférieure; sur le mur sud, est une fenêtre qui donne sur le jardin au sud.

dsdgs<dgsdnws

 La chambre attenante est décorée en 4° style, avec des  petits panneaux encadrés en jaune et rouge sur fond blanc au-dessus d'une frise rouge et jaune inférieure. C'était bien dans cette zone que la peinture, après quoi la maison a finalement été nommée a été trouvé. La peinture représente l'écriture met en œuvre conjointement avec un rouleau adressée à M. Lucretius.
Le jardin arboré est l'objet d'une deuxième série de pièces qui sont de caractère  de représentation  aux visiteurs.  Le jardin s'enrichit d'un bel ouvrage constitué d'une fontaine de marbre étagé alimentant un bassin circulaire en dessous. Sur le haut dans la niche supérieur, une statuettes de Satyres qui verse de l'au pour un bel effet de chute. Sur le côté nord du jardin est une zone de service crée par l'ajoute de pièces achetées aux maisons voisines. Cette zone de service comprend une chambre avec un escalier à l'étage supérieur et son propre tablinum , un petit atrium et un accès sur le coté opposé de la demeure donnant sur le nr 24 de la ruelle latérale. 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   THERMOPOLIUM DE ASELLINE   
ou caupone de Aselline
Fouilles: 1911-1013

Plan Caupone de Aselline Pompei

A l'angle de l'insula 9, sur la rue de l'Abondance, un peu avant la maison de Polybius, s' ouvrait la  Caupona de Asellinae, dont le nom à lui seul ou conjointement avec celles exprimées dans le pluriel de puellae (servantes) qui ont été utilisés dans le locale , apparaît dans inscriptions de propagande électorales peintes sur la façade. Au moment des fouilles, en 1911, fut retrouvé ici presque tous les outils utilisés ici pour servir des aliments et des boissons, dont certains sur le comptoir de vente, et donc qui ont été laissés sur le banc de travail  et visible:
pots à verser sous la forme d'un coq et d'un renard, l'entonnoir, amphores à vin, et la chaudière de bronze utilisé pour chauffer des boissons, qui, au moment de l'excavation a été trouvé hermétiquement fermé, elle était encore plein d'eau.

dsdgs<dgsdnws

Le foyer, à l'extrémité du comptoir en forme de L, qui comprend quatre récipients en terre cuite, est pourvue d'un trou constitué par le col d'un pot en terre cuite, de laisser la fumée de cuisson. Dans la soirée, le coupona était éclairée par une lampe à huile, en bronze avec  deux  phallus des deux cotés, et un  pygmée et cinq cloches, qui étais censé conjurer le mauvais œil. À l'arrière de la salle, l'on peut voir encor la fondation en maçonnerie, de l'escalier en bois menant à l'étage supérieur de l'auberge. Les serveuses, rappelées dans les recommandations sur la façade, peut-être étendaient leurs services à l'étage et en privé, en se donnant  à la prostitution pour les clients qui en demandaient les services. 

dsdgs<dgsdnws


Leurs noms semblaient  tous d'origine étrangère: Zmyrna ou Ismurna, effacée par Iulius Polybius; sûrement client de Taverne et encore plus des femmes qui y travaillaient, pas heureux des services reçus, en  oubliant les recommandations reçues en sa faveur par une certaine Juliae Cucullae, ouvrière dans le magasin de Varecundus, fait effacer le nom de cette Zmyrina avec de la chaux , ensuite éliminé par les ouvriers des fouilles intrigués, et non pas content, Polybius fait effacer son nom même sur la façades de la taverne en face.  
Aegle et Maria étaient les autres femmes qui ont travaillé ici. Asellina, était la gérante et propriétaire de la taverne. A l'entrée a droite, sur le mur,  l'on peut voir le dessin d'une caricature en graffiti d'un homme, la tête d' animal, avec à la main, un phallus géant..; sans doute un Priape. 

dsdgs<dgsdnws


La Cuponae,  contrairement au Thermopolium, se limitait à vendre juste des boisson fresque ou chaudes, pour la plupart du vins, aromatisés avec des herbes et des fruits de toutes sortes. L'on pouvais trouver également des repas chauds et rapides, mais ceux-ci était consommés de bout , parce que la Cupona n' avait ni tables ni chaises.
Elle se constituait d'une seule salle, où les clients profitaient  d'un repos simple et d'une boisson, le tout consommé au comptoir de vente


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

  ATELIER DE VERECUNDUS   
ou Officina Quactiliaria de Verecundus

Plan Thermopolium de Varecundus à Pompei

En correspondance du numéro 7 de la rue de l'abondance, on retrouve un atelier de Feutriers, les "quactìliariì  ou coactiliarìi",  comme ils se nomment eux-mêmes  dans une inscription de propagande électorale sur la façade du magasin. Il s'agissait de l'Atelier Quactiliarium  de Marcus Vesilius Verecundus, personnage très connu dans la ville. Cet atelier se composait d' une grande pièce, avec au centre qui domine, le four, où l'on préparait la substance coagulante, probablement fabriqué à partir de vinaigre, avec deux bassins à bec sur des hauts trépieds; l'on déverse  la substance quand il est sur que son action est accomplie sur la laine et peau qui ont été  peignées, puis mixés par les travailleurs "coactiliarii" (de cogère, c'est à dir "pétrir"), les quactiliaris en dialecte de Pompéi, travaillaient à torse nu. De cette production de tissus par frottement,  et par la presse des ces tissus, en appuyant sur des peaux de laine, l'on peut en déduire qu'il existait un lien entre l'industrie de la laine et le cuir.

dsdgs<dgsdnws

Sur le mur extérieur de l'atelier, sur le trottoir, presque comme un tableau  publicitaire, sont représentés, en fait, trois hommes dans en train de travailler la peau, ce qui nous permet d'observer la méthode de leur activité et comment était  fait un atelier de ce genre.  D'autres scènes montrent le moment de la vente: Verecundus montré comment "mannequin", montrant aux clients une étoffe produite en atelier, de couleur brun avec des rayures verticales rouges, ceci étant un "clavi" indiquant le rang politique et sociale. Verecundus, affranchi, et fils d'un affranchi romain, produisait et montrait ce large tissu "caracalle", une cap avec capuche de couleur violet, avec des hautes chaussettes violettes aussi, pour hautes chaussures;  les deux articles en feutre, également utilisés par des soldats et utilisés aussi comme couvertures pour les chevaux. Ailleurs, il est prouvé cela, dans  des graffitis, qui  mentionnent "M. Vecilius Verecundus, vestiar (ius)".

dsdgs<dgsdnws

A droite de l'entrée de l'atelier, dans un graffiti, il est  rappelé d'une "Tunicae Lintea aur (ata),"  une robe ornée de linge de fil d'or. Dans des archives de L. Caecilius Jucundus, banquier à Pompéi, l'on parle d' une qualité de lin très recherché , et,  importée par Varecundus à Pompéi  par un certain Ptolémée d'Alexandrie ; vêtements en lin et en soie qui étaient évidemment de grand luxe.  Verecundus, produisait  et vendait aussi des chaussures ou des sandales légères fabriqués en une peau spéciale et appelée  "impilia", et cela pour l'été et pour le bain; cela est dit sur les dessins et graffitis de la façade.  A l'extérieur, les côtés de la façade sont décorés avec des sujets différents, de type religieux et de type pratique du travail: la procession de Cybèle sur le côté droit, dont la statue assise est placé sur un jerculum porté à l'épaule par les fidèles, et la représentation solennelle de Vénus Pompéien, entourée de Cupides volants, côté gauche, où la déesse tient dans ses mains le sceptre et le gouvernail, appuyé sur une statue d'Eros.

dsdgs<dgsdnws

L'architrave en bois à l'entrée, est décoré avec de grands panneaux, représentants, de gauche à droite, la personnification divine des jours fastes de la semaine: Lune, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus et Saturne tout enrichi par la présence de Diane, déesse de la chasse.
Juste derrière est le cycle de feutrage, comme déjà dit, dont les produits finaux ont été tissus pour des vêtements, en particulier des manteaux lourds de voyage, et des chaussures comme déjà mentionné. Au dessus, il est l'une des représentations la plus connues, de Vénus-Pompejana,  la déesse, à la quelle sont associés les attributs habituels du sceptre et du gouvernail, qui est assis sur un char de triomphe à la forme de Proue de bateau, tirée par une paire de Eléphants, et assistée de deux Amours voletant et honorée par un prêtre et une prêtresse.

dsdgs<dgsdnws

Immédiatement après l'atelier suivant, il y a deux entrées, le premier sans doute l'entrée de la maison privée de Varecundus, et l'autre sans doute l'entrée d' autre atelier dédié à la vente d' amphores et outils  de cuisine,  tel que reproduit dans la peinture sur la façade même.  Ce groupe de bâtiments, montre clairement que les travaux de fouilles ont tout l'insert d'être commencés, vu la richesse de ce que l'on a déjà et sans doute de celle des travaux initiés. Les travaux d'excavation sont encore à faire; seules les façades ont été récupérés pour le moment. Les travaux de fouilles dans cette région sont toujours en cours.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   MAISON DE MARCUS EPIDIUS SABINUS   
Fouilles: 1858-1859; 1866-1867; 2004

Plan de la Maison de Marcus Epidius Sabinus
Pour des décennies on a confondu cette maison avec celle voisine de Rufus, mieux connue comme celle des Diadumenes; encor aujourd'hui une recherche montre l'atrium caractérisé par 16 colonnes doriques. Il s'agit la d'une faute d'analyse qui se doit d'être corrigée. L'élément qui a porté à une telle confusion est le nom des deux propriétaires " Marcus Epidius", les deux voisins, mais de familles différentes car l'un appartenais aux gents Rufus et l'autre Sabinus. ( L'on vois sur le plan de la maison, a gauche la maison de Rufus ou des Diadumenes )   L'attribution de la maison à cet important représentant de la famille des Epidii est très incertaine; ce que nous savons est que le nom d'un Sabinus apparaît gravé dans un graffiti sur le plâtre sous des décorations pariétales à caractère Osque,  de l'une des chambres de la maison et donc le nom a été souvent attribué aux exposants des "gens",  à la destruction de la ville. La maison est le résultat de l'unification des trois zones résidentielles distinctes, dont deux - avec sa façade en travertin de oeuvre carré - ouvert sur la rue latérale de  Tesmo, au numéro 28 correspondant au district de services de la maison, et un troisième surplombant la Rue de l'Abondance, rue principale. Cette maison est accessible par un couloir qui s'ouvre sur un Atrium de type toscan avec des chambres sur le côté droit seulement; dans le coin sud-est il y a un Laraire muré avec une décoration de style IV. 

ny rjyrj yrjs
La différence de hauteur entre l'avant et à l'arrière de la maison est compensée par un couloir ascendant qui tourne autour d'un petit porche de Viridarium, sur lequel s'ouvre le secteur de service de la maison, et un groupe de pièces résidentielles. Parmi ceux-ci se trouve un grand Oecus, dans lequel on trouve des décorations raffinées du III style final; les mythes mythiques représentés dans les peintures placées au centre des murs nord et ouest, Ariane et Dionysos; Hercule , Onjale, et des Muses qui sont accompagnés de légendes en grec.
De l'exèdre située au milieu du côté nord, nous atteignons le Péristyle  marqué par des colonnes doriques en maçonnerie datant en partie du IIe siècle av.JC., comme le montrent les restes de la peinture de 1° Style conservés sur le mur Est. C'est le secteur le plus ancien de la maison, dont la phase initiale a été fixée au troisième siècle av. JC., sur la base des résultats de tests stratigraphiques récents effectués dans l'Atrium avec entrée au nr. 28; ceci, avec l'axe principal disposé transversalement, était fourni d'un impluvium des la période la plus ancienne. Sur le côté inférieur du péristyle s'ouvre le seul environnement complètement  décoré par une peinture de style 1°; l'un des rares exemples de design figuratif inséré dans un tableau de ce type, avec la représentation d'un satyre dansant, peut être vu dans l'un des murs occidentaux.~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   Maison de Jason   
Fouilles : 1878, 1901

La maison de Jason doit son nom à la fresque de Jason et Pelias. La domus couvre environ 400 mètres carrés et a été embellie par de nombreuses fresques d'une telle valeur à détacher et à inclure dans la collection du roi de Bourbon à Naples. Plus tard, ils ont été transportés au Nouveau Musée Archéologique National de Naples.
Egalement connue sous le nom de maison des amours fatals, elle se trouve sur le côté nord dans la Ruelle des Thermes Centrales, au sud de la Rue de Nola. La maison est en phase de restructuration, après avoir été négligée et laissée aux ravages des éléments depuis sa fouille initiale en 1878. Sans la pratique d'alors de dépouiller la maison de tout ce qui ne bougeait pas, il y aurait peu à gauche de la propriété. Par chance ou bon jugement, par conséquent, plusieurs fresques ont été conservées et peuvent maintenant être vues au Musée National d'Archéologie de Naples.

Les fauces, le couloir d'entrée, ouvrent sur un atrium inhabituel car devenu par la suite jardin. L'atrium qui est en total et complet reprise des murs et la pose de ses décorations d'origine; cette reprise, va redonner à cet atrium son image réel du temps, avec son impluvium en marbre et son compluvium en bois et terre cuite. La première salle sur le côté ouest des fauces conserve une partie de sa décoration qui consistait en panneaux rouges avec des bordures unies au-dessus d'une frise noire inférieure , avec des images de nature  et paysages, et ses allégories.
Une porte dans le mur ouest de cette pièce s'ouvre sur une belle cubicula éclairé par deux fenêtres d'angle, et décorée de manière similaire à la salle précédente mais avec une grande scène mythologique dans le panneau central de chaque mur, reprise depuis longtemps au Musée national de Naples. La scène sur le mur nord représente Paris attendant Aphrodite,  tandis que celle sur le mur ouest , en face, montre Médée contemplant le meurtre de ses enfants. La scène sur le mur sud, dont les couleurs seront reprises par la restauration, montre Phaedra en train de parler à son gardien, avant de se suicider dans un amour non partagé pour son beau-fils Hippolyte.

La salle du Triclinium  occupe la majeure partie du côté est du Viridarium.  La pièce conserve de grandes surfaces de plâtre, car  elle était en  travaux après le premier tremblement de terre de 62. Sur le mur ouest, la plupart des détails se montrent légèrement fanés, cette décoration montrait la scène qui occupait la place vide dans le panneau central de ce mur, représentant Jason et Pelias .
Sur le mur sud était une scène représentant Phoenix et Polyxena tandis que sur le mur nord, une scene montrant Penthée et Dionysos,; ici aussi  la restauration va redonner les couleurs d'origine a cette peinture.
Au nord du triclinium au large de l'angle nord-ouest,  se trouve une cubicula . La pièce est dans un état très similaire au triclinium, ayant été soumise aux caprices du temps depuis plus de 130 ans. La décoration ici, s'articulait sur trois grandes scènes mythologiques, actuellement au musée de Naples dans les panneaux centraux des murs nord, ouest et sud. Apres les travaux de reprise, ces peintures retrouveront leurs places d'origine. La scène du mur nord montre Hercule avec Deianara et Nessus . Sur le mur ouest se trouvait la scène d'Europa et du Taureau, dont un détail est encore visible. 

Sur le mur sud se trouvait la scène mythologique de Pan et des nymphes . Bien que très critiqué, le dépouillement des meilleures fresques de cette maison dans ce cas s'est avéré justifié compte tenu de la négligence déplorable subie par le reste de la maison.
Dans le coin nord-ouest de la maison se trouve un petit vestibule  donnant accès à un posticum qui donnait sur la ruelle de Tesmo à la porte no. 21. Sur le côté nord du vestibule, il y avait des latrines tandis que sur le côté sud, une petite pièce sous les escaliers menant à l'étage supérieur de la porte n ° 20. La dernière chambre de ce coté, dans le coin nord-est de la maison conserve une partie de sa décoration de fresque qui consistait en panneaux blancs avec des bordures unies au-dessus d'une frise rouge foncé inférieure. La chambre donnait sur un Oecus  de taille raisonnable au nord qui était décoré dans un style similaire. Sur le côté est à gauche, se trouve une petite annexe ou une alcôve privé, éclairée par une petite fenêtre dans son mur oriental,  simplement décorée de panneaux rouges au-dessus d'une frise inférieure jaune.
Cette demeure est actuellement fermée au public à cause travaux ici présents. Une fois retrouvé son style et sa décoration d'origine sera proposée à la visite.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

   Maison de la Fortune   
Ou Maison des Arches
ou Maison de Caprasius Felix
Fouilles: 1879, 1901

La maison de Fortuna se trouve sur la Ruelle de Tesmo, elle est située à une courte distance au nord de sa jonction avec la petite rue de Balbo. Sur le mur extérieur, en face de la porte d'entrée, le signe de la présence d'un grand lararium peint qui a été trouvé. Selon Trendelenburg, cela se démarquait par la fraîcheur et la force des couleurs. Il était divisé en deux parties, de tailles différentes. La partie supérieure avait 1,47 m de large et la partie inférieure avait 4,12 m de large. La partie supérieure montrait  deux figures de Lares. Cette maison fouillée en 1879, a été nommée ainsi d'après un graffiti faisant référence à la déesse Fortuna trouvée près du laraire sur le côté sud de l'atrium. La maison est également connue sous le nom de Maison du Miroir, Maison des Arches et Maison de D. Caprasius Felix et Fortunata. Telle designation à été démontré en premier lieu par une amphore de vin provenant du producteur A. Atinio Crescente.
Cela lui a été envoyé avec l'adresse répétée deux fois: D. C. F. D. Caprasio Felici [CIL IV 5650 a et b]
 Écrit dans l'atrium était un hommage à lui et à son épouse Fortunata, d'un Successus inconnu,

"Successus Felici salutem et Fortunatae" [CIL IV 5373].

Les fauces qui s'ouvre sur la rue de Tesmo, a conserve encor  une petite partie de ses plâtres décoratifs, qui restent étant trop altéré pour permettre une description réaliste de sa décoration d'origine. Le fauces s'ouvre sur un atrium carré dans le quel  il n'y a aucune présence de Impluvium central.
Comme les fauces, la plupart des plâtres de l'atrium ont été abîmés par le temps, à l'exception d'une grande zone sur le mur sud-est . Cette section de plâtre conserve certaines zones de couleur décolorée mais, encore une fois, trop indistinctes pour fournir une base pour une description correcte. Au centre de ce mur se trouve un Laraire de niche orné de stuc en forme de fronton soutenu par deux colonnes doriques de belle facture.
Dans la niche se trouvaient trois statuettes en bronze et une lampe; l'image d'une matrone reconnu sous l'image de la Déesse Fortuna, assise sur un trône surmontée de deux Sirènes sur le haut, et ou deux figures en bas sur deux demies colonnes, tenaient  deux récipients  pour l'huile qui illuminait; par l'arche du haut se tenait une lampe à huile. 

L'ouverture du coin sud-ouest de l'atrium est un petit cubicule décoré en le quatrième style avec des panneaux latéraux rouges encadrant des panneaux centraux jaunes au-dessus d'une frise inférieure non peinte. Une grande partie des détails décoratifs s'estompe, mais lors de la première fouille, les panneaux latéraux rouges contenaient de petits médaillons. La pièce était éclairée par une fenêtre sur le mur sud-ouest donnant sur le Vicolo di Tesmo. Un buste en marbre blanc a été trouvé dans le corps de l'atrium. Le buste, peut-être d'Io , une prêtresse d'Héra, était probablement à l'origine situé dans le péristyle, mais peut avoir été déplacé en raison des effets de l'éruption.
La salle de service dans le coin nord-ouest de la maison contient un escalier menant à l'étage supérieur. A côté de cette salle à l'est se trouve une petite salle publique, peut-être un petit triclinium donnant sur l'atrium. Cette pièce est décorée dans le quatrième style avec des panneaux blancs avec des bordures internes séparées par des candélabres au-dessus d'une frise inférieure assez simple. La pièce était éclairée par une petite fenêtre en hauteur dans son mur nord-ouest.

Le côté nord-est de l'atrium s'ouvre directement sur le péristyle . La colonnade est inhabituelle en ce que les colonnes le long du côté nord-est du péristyle soutiennent une série d'arcs, qui forment un bel effet visuel. La plus ancienne utilisation connue d'un arc jaillissant directement d'une chapiteau de colonne dans l'architecture est ce que l'on appelle l'arc syrien trouvé dans le temple de Douchara à "Sye ", en Syrie, à la fin du premier siècle avant JC.
Le péristyle de la maison de la Fortuna est le premier exemple connu d'arches jaillissant directement des chapiteaux d'une colonnade et datant de la fin du premier siècle avant JC au début du premier siècle de notre ère. Les chapiteaux sont de simples pierres carrées, les colonnes ne sont pas cannelées et les arcades sont faites de voussoirs en pierre, le tout sans doute tant recouvert de plâtres et stucs décorés en reliefs et en couleur.
Du côté sud-est du péristyle se trouve un grand triclinium qui donnait directement sur le viridarium du péristyle. 

Ce triclinium est décoré dans le quatrième style avec de grands panneaux noirs, jaunes et rouges sur fond rouge au-dessus d'une frise décorative noire inférieure. Les panneaux centraux sur chaque mur contiennent une scène mythologique. Le mur nord-est contient une scène plutôt abîmée certes mais  toujours très belle, représentant Arès et Aphrodite. La scène est relativement simple à interpréter, malgré qu'elle soit plutôt éclairci par le temps; fais suite une représentation qui pourrait avoir comme sujets Mars et de Vénus.
La scène sur le mur arrière, sur la paroi sud-est, est encore moins claire mais semble montrer Dionysos découvrant Ariane. Au centre du mur sud-ouest. La troisième et dernière scène montre Adonis avec un compagnon partant à la chasse. Une porte dans le coin sud-ouest du péristyle s'ouvre sur une grande pièce qui était également accessible directement depuis l'atrium, elle a la particularité d'être centrale a la maison et a toutes les pièces voisines. Le but de cette salle n'est pas clair; c'était peut-être un atelier. La chambre a une grande fenêtre dans son mur nord-ouest qui donnait sur le péristyle à l'est.

La pièce donnait également accès aux pièces du rez-de-chaussée et du premier étage du côté sud de la maison par un couloir de passage partant de son coin sud-ouest et un escalier adjacent menant à l'étage supérieur. Un passage mène à l'aire de service qui comprenait la cuisine. Dans le coin sud-est de la cuisine se trouvent les restes d'un banc de travail en maçonnerie tandis que dans le coin sud-ouest se trouve une petite niche voûtée. L'extrémité nord de la cuisine était éclairée par une fenêtre étroite en hauteur dans le mur ouest.
Après la cuisine, le passage tourne vers l'est menant à un deuxième jardin à gauche, sans colonne et a la forme  sobre, regardant en arrière vers la cuisine. Ce jardin, tout en offrant un espace de loisirs, a également servi de source de lumière à plusieurs des pièces adjacentes.
Au centre du mur nord-est de ce jardin se trouve une passerelle voûtée ; elle s'ouvre sur une zone partiellement excavée non encor fouillée. La présence d'une large porte, laisse penser que cette zone pas encor e entièrement  escavée,  faisait parti du schéma de la maison; une fois cette porte passée, l'on se retrouve dans un large espace, ou, contre la face sud-ouest du mur du jardin se trouve une grande fontaine ornementale de belle présence et facture

La fontaine est constituée d'un fronton posé sur une niche voûtée entièrement parée de mosaïque en tesselles de verre poly-chrome. L'eau s'écoulait d'une ouverture carrée dans la niche pour descendre en cascade un petit escalier dans le bassin ci-dessous.
Le détail décoratif de l'arc en retrait comprend une scène sur le côté gauche avec deux figures féminines, une assise et une debout tandis que sur le côté droit est une scène de bain avec des amours et un seul baigneur masculin. Près d'une figure féminine se tient tenant sa robe sèche.
De chaque côté de la fontaine se trouve un petit sanctuaire composé d'un fronton au-dessus d'une niche rectangulaire. Les sanctuaires étaient en maçonnerie stuquée, mais tous les détails décoratifs ont depuis longtemps disparu. Dans l'éclat du côté nord de la fontaine ont été trouvées plusieurs statuettes en terre cuite :  Asclepius avec un serpent, Bacchus avec un léopard, et une figure de femme tenant un oiseau et des fragments brisés d'un quatrième, représentant peut-être Minerve.
Cette demeure rentre parfaitement dans le schéma de cette insula qui reste encore partiellement englobé dans  le tuf pas encore fouillé. 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   Maison du restaurant   
ou Maison du Petit Lupanar
Fouilles: 1879, 1902

Cette maison nommée "Du Restaurant ou " du Petit Lupanar" est situé pas loin de la deja citée Maison de Jason dans un quartier très populaire de la cité , entre autre un quartier qui reste pour sa moitié encore englobé dans le tuf  de l'éruption de 79.
Les Fauces débouchent sur le côté ouest de la Ruelle du Centenaire. Bien que les murs des fauces gardent des traces minimes des stucs et de leur décoration originale de fresque, le pavage en mosaïque est encore pratiquement intact et de  belle élégance.
Le pavage est composé d'une fine mosaïque blanche encadrée d'une large bordure noire. Il existe un seuil décoratif entre les fauces et l'atrium composé de tesselles noires formant un motif floral stylisé sur fond blanc.

Les fauces s'ouvrent sur un atrium rectangulaire  avec impluvium central, et un petit puis en arrière.  Les murs de l'atrium conservent plusieurs grandes zones de plâtre qui semblent montrer que la décoration était constituée de grands panneaux rouges ornés de scènes mythologiques, dont seul quelque trace reste encor visible.
Lorsque la maison a été fouillée, la pratique alors acceptée était de dépouiller la maison de tout ce qui constituait motif de valeur pour être ensuite amené au Musée  Archéologique de Naples. Si cette attitude n'avait pas prévalu, ces fresques et celles de la pièce voisine ou peut-être de toutes les pièces de la maison, auraient probablement été perdues. Les fresques en question comprennent Pyrames et Thisbe, Énée avant Didon et Bacchus et Ariane avec le Thiasus. Ces fresques sont désormais visibles au Musée national d'archéologie de Naples.

Sur les côtés nord et sud de l'atrium,  se trouvent deux grand pièces dénommées les alaes sur la gauche et sur la droite, qui sont dans un état de délabrement similaire à l'atrium lui-même, avec des traces de plâtres et  décorations. Une porte dans le fond de la alae de droite, donne accès au deuxième atrium de service avec relatif  sortie de service aussi. Près de l'entrée principale, donnant sur le grand atrium, donnent les pièces les mieux conservées et les mieux conservant  une belle décoration sur des beaux stucs et plâtres.
La Cubicula  de droite, est décoré dans le quatrième style avec de grands panneaux rouges avec des bordures décoratives internes sur un fond jaune au-dessus d'une frise géométrique inférieure. Le panneau central sur chaque mur contenait une scène mythologique. La belle scène visible, plutôt floue mais illustrée à gauche de la pièce, montre Vénus avec un groupe de cupidons en train de pêcher.
La deuxième Cubicula posé à gauche du côté sud des fauces est décoré de manière similaire avec des panneaux rouges sur fond jaune (photo ci-dessous). Les trois scènes mythologiques centrales sont toujours en place, même si les couleurs sont légèrement flânées et en phase de restructuration. Tout  en se présentent dans  une peinture simple et Naïve, elles gardent leur importance décorative.

La scène sur le mur nord, présentée comme dans un petit cadre sur un fond de couleur rouge, est celle d'Hercule et d'Omphale, étant en position assise et  en discutant.  Sur le mur est, face à l'entrée, se trouve une scène représentant Ariane et Dionysos avec une panthère et une statue de Pan tandis que sur le mur sud est une peinture d'Europa et du Taureau de très belle facture.
L'atrium s'ouvre directement sur le grand péristyle avec présence de colonnes dont la base montre des stucs  et des légères couleurs jaunes ocre.  Le péristyle était à colonnade sur deux côtés avec quatre colonnes sur le côté est et cinq colonnes plus courtes sur le côté sud soutenant toutes les marges intérieures du toit. Les colonnes, cannelées, sont constituées de briques en stuc. Les murs du portique étaient décorés de panneaux jaunes sur fond blanc avec la scène mythologique occasionnelle.
Une telle scène, trouvée dans une multitude de fragments dans la colonnade sud, est de Neptune et Amphitrite. 

Il a depuis été soigneusement reconstitué et se trouve maintenant au Musée national d'archéologie de Naples, dans l'attente  que la maison puisse le recevoir encore et la présenter au public. Les grandes salles du côté est du péristyle, y compris la salle voisine, furent l'une des sources potentielles de plusieurs fresques du musée de Naples, sont désormais totalement dépourvues de tout reste de plâtre. Une reprise de ces représentations, permettra  par la suite la reposer  dans  leur chambre d'origine.
L'ouverture du côté sud du péristyle, permettait l'accès  a un couloir, et donc vers la zone de service qui comprenait la cuisine  avec son grand foyer. Lorsque la cuisine a été fouillée, il y avait des traces d'un Laraire peint sur le mur sud. La zone de service comprenait également une latrine et un escalier menant à l'étage supérieur. Cette zone de la maison a subi de nouveaux dommages structurels en 2010 lorsqu'une partie d'un mur s'est effondrée. La deuxième entrée dite de service, située au numéro 16 de la ruelle, s'ouvre directement sur un atrium rectangulaire de modestes dimensions, dont l'on voit les restes d'un impuvium central. 

Ce deuxième atrium regardant vers le nord, présenté a sa droite, une salle de modestes dimensions avec des stucs et pentures de type simple,  il s'agissait sans doute d'une pièce triclinium hivernal, qui pressentait au moment de la première fouille, plusieurs fresques décoratives qui ont été retirées pour la sécurité du musée de Naples.
Peut-être la pièce la mieux conservée de toute la propriété est la particulière Cubicula à droite, qui s'ouvre sur le côté ouest de l'atrium. La pièce est décorée dans le quatrième style avec des panneaux blancs encadrés en rouge avec des bordures décoratives vertes internes au-dessus d'une frise inférieure blanche. Les panneaux blancs contiennent des scènes érotiques et des figures flottantes occasionnelles. Une fenêtre sur le mur est a été bloquée quelque temps avant l'éruption, ce qui a permit une meilleur conservation. La particulière décoration érotique de cette pièce, et la position proche a l'entrée de service, laisse librement penser que  s'agissait la d'un petit Lupanar domestique et loué selon le besoin, aux visiteurs demandeurs; pour ce motif cette demeure est appelé aussi " Du Petit Lupanar".
Cette maison  aussi, comme celles proches  en cette Insula, font objet de reprise et restructuration depuis quelque temps déjà.